featured_mickey-and-the-bear

MICKEY AND THE BEAR

Mickey Peck, une adolescente du Montana, a la lourde responsabilité de s’occuper de son père, un vétéran accro aux opiacés. Quand l’opportunité se présente de quitter pour de bon le foyer, elle fait face à un choix impossible…

Critique du film

Présenté à l’ACID lors du festival de Cannes 2019, Mickey and the bear révèle l’actrice Camila Morrone, seulement aperçue jusqu’alors chez James Franco ou aux côtés de Bruce Willis dans le médiocre Death wishPour son premier long métrage, Annabelle Attanasio ausculte quant à elle les mécanismes patriarcaux qui persistent dans une Amérique délaissée en focalisant son regard sur Mickey, une adolescente du Montana soumise à la domination masculine. Sublimant incarné par Camila Morrone, le personnage de Mickey se trouve coincée entre son père vétéran accro aux opiacés et un petit ami qui lui offre comme seul avenir le schéma classique maison-enfant. Elle est alors confrontée à des violences psychologiques, économiques et physiques, mais la réalisatrice ne verse pas dans le pathos pour autant.

Mickey and the bear expose avec clairvoyance comment le milieu social, érigé sur un modèle occidental masculin séculaire, conditionne les trajectoires de vie. Mickey endosse alors, malgré elle, tous les rôles clichés de la femme. Chaque homme qui gravite autour d’elle impose sa vision, générant un tropisme masculin toxique qui l’enferme dans une sphère anxiogène. Jusqu’à une fin libératrice, où Mickey embrase sa propre voie. Annabelle Attanasio livre un premier film authentique et puissant, formant avec sa comédienne un duo remarquable.

Bande-annonce

12 février 2020 – Réalisé par Annabelle Attanasio, avec Camila Morrone, James Badge Dale