still_shutter

SHUTTER ISLAND

5
Pompeux

En 1954, le marshal Teddy Daniels et son coéquipier Chuck Aule sont envoyés enquêter sur l’île de Shutter Island, dans un hôpital psychiatrique où sont internés de dangereux criminels. L’une des patientes, Rachel Solando, a inexplicablement disparu. Comment la meurtrière a-t-elle pu sortir d’une cellule fermée de l’extérieur ? Le seul indice retrouvé dans la pièce est une feuille de papier sur laquelle on peut lire une suite de chiffres et de lettres sans signification apparente. Oeuvre cohérente d’une malade, ou cryptogramme ?

Pas mal de dents risquent de grincer, d’autres vont bondir. Martin Scorsese n’est pas – de mon point de vue – le génie du cinéma qu’on nous vend partout. Le réalisateur est certes un grand connaisseur du septième art, il sait s’entourer et n’est pas du tout dénué de talent – son savoir-faire saute aux yeux. Toutefois, je n’ai jamais été transporté par une seule de ses œuvres. Même le multi-oscarisé Les Infiltrés – scandaleux remake de Infernal Affairs – m’a profondément déçu et particulièrement ennuyé.

La mise en scène de Scorsese manque pour moi de saveur, elle ne transcende pas des histoires pourtant prometteuses et potentiellement passionnantes. Ses acteurs, lors de la dernière décennie, paraissent peu inspirés. Leonardo Di Caprio redevient cet acteur poupin et mou que voient en lui ses détracteurs, alors qu’il est capable de performances exceptionnelles comme dans Revolutionary Road (a.k.a Les Noces Rebelles). Pour résumer, à chaque nouveau film de Martin Scorsese, le sujet a de quoi fasciner mais le résultat déçoit car un peu trop plat, un peu fade, la faute à une mise en scène trop maniérée – dans Shutter Island, Scorsese semble dire au spectateur « t’as vu comme moi aussi je peux faire mon Hitchcock !? »  – ou trop artificielle. Car dans Shutter Island, tout est dans l’excès : le jeu des acteurs, la réalisation, la musique, les décors, les effets.  Scorsese veut nous en mettre plein la tronche. Du coup, on n’y croit pas. Et quand arrivent les vingt dernières minutes – les meilleures – on est presque déjà trop déçu pour vibrer et s’enthousiasmer sur ce twist final. 

Shutter Island est typique du cinéma du Martin Scorsese du 21ème siècle. La bande-annonce est enthousiasmante voire fascinante. Le film se révèle au final… décevant. Comme d’habitude ?

MARTIN SCORSESE | USA | 137 MIN | 24 FÉVRIER 2010 | LEONARDO DICAPRIO, BEN KINGSLEY, MARK RUFFALO



18
Poster un Commentaire

avatar
18 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
15 Auteurs du commentaire
KeenanyumieynausicaaALRedrum Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Sycophante
Invité
Ton article aurait eu sa place sur « Ztroll » ^^ C’est courageux en tout cas de l’avoir écrit. C’est vrai que Scorsese connait depuis quelques années des difficultés à élaborer des long-métrages qui ne soient pas inégaux (The Aviator m’avait beaucoup plu mais présente des longueurs, tout comme « Gangs of New York) mais c’est ce qui fait aussi le charme de ce réalisateur (ou pas ^^).

POSTÉ PAR SYCOPHANTE, 04 MARS 2010 À 15:18

TinaKiller
Invité
perso j’ai adoré, je trouve que ça faisait longtemps que scorsese n’avait pas fait un si bon film !
et je suis déjà à la page 138 du livre que j’ai acheté hier soir !

POSTÉ PAR TINALAKILLER, 04 MARS 2010 À 17:32

Chonchon
Invité
Dommage que tu n’aies pas aimé. J’ai hâte de le voir. Il y a de fortes chances que je l’aime, j’adore Scorsese et même ceux que Sycophante cite. Je n’ai trouvé pour ma part aucune longueur ni dans The Aviator ni dans Gangs of New York.
Vivement que je vois ce nouvel opus.

POSTÉ PAR CHONCHON, 05 MARS 2010 À 12:56

Dasola
Invité
Bonjour Wilyrah, je te conseille après Shutter Island d’aller voir (come je l’ai fait) : The Ghost Writer. Du grand cinéma. Rien d’autre à dire. Bonne après-midi.

POSTÉ PAR DASOLA, 05 MARS 2010 À 15:30

Alamissamoun
Invité
Je ne suis pas du tout d’accord avec toi ! J’ai trouvé ce film génial! Je n’ai pas lu le livre mais cette histoire m’a vraiment enthousismé et le parti-pris choisi par Scorsese est vraiment pertinent selon moi.

POSTÉ PAR ALAMISSAMOUN, 07 MARS 2010 À 17:57

Leunamme
Invité
Je n’ai pas trop aimé non plus ce film.
Ceci dit, vous êtes en lien chez moi.

POSTÉ PAR LEUNAMME, 07 MARS 2010 À 18:54

Benoit
Invité
Pour moi, ce sera en DVD .

POSTÉ PAR BENOÎT, 08 MARS 2010 À 19:33

Chris
Invité
J’organise une confrontation The ghost writer vs Shutter island sur mon blog si cela t’intéresse…

POSTÉ PAR CHRIS, 14 MARS 2010 À 18:49

Bastien
Invité
e vais (enfin) le voir mardi, je reviendrai poster mon avis après !

POSTÉ PAR BASTIEN, 21 MARS 2010 À 11:53

Mariajulia
Invité
Personnellement, j’ai beaucoup aimé et j’ai enfin retrouvé la touche qui m’avait plue dans Gangs of NY. Parce que comme toi, Les Infiltrés m’avait laissée complètement indifférente!

POSTÉ PAR MARIA JULIA, 22 MARS 2010 À 19:57

Redrum
Invité
Hé bien moi, je l’ai adoré ce film. A tel point que je suis retourné le voir une seconde fois (d’ailleurs, à la première vision, j’étais incapable d’émettre un avis définitif sur le film). Au final, c’est sans conteste le meilleur film que j’ai pu voir cette année au cinéma (pour le moment…).
AL
Invité

Idem, j’ai trouvé les Infiltrés scandaleux quand on voit la qualité de Infernal Affairs (premier du nom, je n’ai pas vu les suites)…Et Shutter Island m’a laissé un peu de marbre également. Je crois que j’en attendais bien plus de Scorcese, peut-être trop…(par contre je viens de relire mon article sur la question, et si je dis que j’aime bien la musique dans ce dernier, je me contredis totalement quand j’y reviens dans l’article sur Inception…Je crois que c’est parce que la BO de Hans Zimmer est tellement efficace qu’elle fait passer pour lourde celle de Shutter Island en comparaison…)… Lire la suite »

ynausicaa
Invité
J’ai eu peur pendant tout le film :/ en regardant bien, des indices nous permettent de sentir la fin.je ne sais pas si j’ai aimé.

POSTÉ PAR YNAUSICAA, 29 JUILLET 2010 À 22:52

yumie
Invité

Je pensais être la seule à avoir cette idée sur ce film. Je partage entièrement ton avis sur le film (je ne me prononçerai pas sur l’oeuvre de Scorsese n’ayant pas vu d’autres films de lui). C’est à 18 minutes de la fin (je suis précise ayant marqué l’événement après deux heures à me demander pourquoi les critiques étaient aussi unanimes, je n’ai toujours pas la réponse) quand j’ai commencé à montrer un quelconque intérêt. Malgré tout sur ces 18 minutes il n’y a que la réplique finale qui m’a fait réagir, ce dernier twist est très intelligent d’autant qu’il… Lire la suite »

Keenan
Invité
What i don’t realize is if truth be told how you’re now not actually a lot
more well-preferred than you might be right now.
You’re so intelligent. You know thus considerably
on the subject of this topic, produced me in my opinion
consider it from so many varied angles. Its like women and men aren’t fascinated until it’s one thing to accomplish with Lady gaga!
Your personal stuffs outstanding. All the time deal with it up!

Here is my website … double glazing (Keenan)

trackback
[…] passé (se référer aux fiches des derniers métrages de l’oncle Marty avec Hugo Cabret ou Shutter Island notamment), focalisons-nous sur ce Loup de Wall Street qui marque sa 5e collaboration avec son […]
trackback
[…] films ont une fin indécidable – et sont bien meilleurs, notamment Inception ou Shutter Island – aux interprétations multiples jubilatoires. On en est loin dans Enemy, qui ne cesse de se […]
trackback
[…] River, Shutter Island et Gone baby gone – portés à l’écran par Clint Eastwood, Martin Scorsese et Ben Affleck, excusez du peu. Niveau casting, c’est plutôt alléchant également puisque […]