wallinception

INCEPTION

9
Intense

Dom Cobb est un voleur expérimenté – le meilleur qui soit dans l’art périlleux de l’extraction : sa spécialité consiste à s’approprier les secrets les plus précieux d’un individu, enfouis au plus profond de son subconscient, pendant qu’il rêve et que son esprit est particulièrement vulnérable. Très recherché pour ses talents dans l’univers trouble de l’espionnage industriel, Cobb est aussi devenu un fugitif traqué dans le monde entier qui a perdu tout ce qui lui est cher. Mais une ultime mission pourrait lui permettre de retrouver sa vie d’avant – à condition qu’il puisse accomplir l’impossible : l’inception. Au lieu de subtiliser un rêve, Cobb et son équipe doivent faire l’inverse : implanter une idée dans l’esprit d’un individu. S’ils y parviennent, il pourrait s’agir du crime parfait. Et pourtant, aussi méthodiques et doués soient-ils, rien n’aurait pu préparer Cobb et ses partenaires à un ennemi redoutable qui semble avoir systématiquement un coup d’avance sur eux. Un ennemi dont seul Cobb aurait pu soupçonner l’existence.

Labyrinthe mental

Quatre ans après le méconnu mais non-moins génial Le Prestige et deux ans après le jouissif The Dark Knight, Christopher Nolan réalise avec Inception un film ambitieux, grandiose et complexe, diablement divertissant et palpitant. Ambitieux car le réalisateur britannique choisit d’explorer le thème des rêves et du subconscient (d’autres s’y sont déjà essayé, avec un traitement et une orientation différents : Michel Gondry ou David Lynch notamment). D’ailleurs, Inception semble être l’antithèse de Inland Empire, Nolan choisissant de décortiquer les rêves de façon mécanique, psychologique, avec une approche presque cartésienne. Grandiose car la mise en scène de Chris Nolan est renversante, jamais tape à l’oeil, toujours au service du récit et de l’intrigue. Certaines séquences sont à couper le souffle, et les effets visuels sont sublimes et brillamment réussis (le cinéaste a préféré des effets visuels plus mécaniques que numériques, grand bien lui en a pris). Complexe mais pourtant très cohérent, Inception tient la route du début à la fin, avec une gestion du rythme exceptionnelle, une montée en puissance progressive et une richesse et une lisibilité indéniables.

La bande son de Hans Zimmer n’est pas sans rappeler celle qu’il avait également composée pour The Dark Knight. Parfois grandiloquente ou même un peu redondante, elle ajoute néanmoins une certaine prestance au film, là où celle de Shutter Island par exemple s’avérait assourdissante et envahissante. Continuons le parallèle avec le dernier film de Scorsese en s’intéressant à la performance de Di Caprio. L’acteur américain, pas vraiment convaincant dans le rôle de Teddy Daniels (il n’avait assurément pas le physique de l’emploi), est beaucoup plus à son aise dans Inception. Sa partenaire à l’écran et amie dans la vie, Marion Cotillard, qui alterne dans sa carrière l’excellent et le contestable, est la pièce maîtresse du film. Elle incarne Mall avec beaucoup d’élégance, de charisme et de sensibilité. Une interprétation remarquable de l’actrice française, qui n’est pourtant pas toujours irréprochable, mais qui ici se voit offrir certainement son plus grand rôle. Les seconds rôles sont plutôt bons dans l’ensemble. On retiendra surtout Joseph Gordon-Levitt – qui crevait déjà l’écran dans Mysterious Skin ou (500) days of Summer – et Cillian Murphy, très bons dans leurs rôles respectifs. Enfin, saluons à nouveau la superbe photographie de Wally Pfister et son équipe, collaborateur attitré de Christopher Nolan depuis Le Prestige.

Inception ne mérite peut-être pas encore l’étiquette de « chef d’œuvre » – attention à l’utilisation souvent galvaudée de ce terme – mais il est assurément un grand film trônant aisément au dessus de l’immense majorité des blockbusters sortis depuis dix ans. Christopher Nolan parvient comme personne  à allier le fond et la forme et délivre à nouveau un divertissement de qualité, intelligent et captivant, techniquement et visuellement éblouissant. Un régal pour les yeux et les méninges.

Un scénario brillant, une réalisation virtuose pour servir le récit, une mise en scène éblouissante, des acteurs impeccables dirigés de main de maître, une bande son étourdissante… depuis Le Prestige, Christopher Nolan confirme qu’il fait partie des plus grands réalisateurs du septième art. Assez lisible pour le grand public et suffisamment complexe et fascinant pour les spectateurs les plus attentifs et exigeants, INCEPTION est un bonheur de presque 2h30, un divertissement intelligent incroyablement bien foutu. Si je n’ai pas eu un aussi gros coup de cœur personnellement comme avec Le Prestige ou même The Dark Knight, j’ai tout de même ressenti un énorme plaisir au visionnage du dernier film de Nolan, plaisir qui me conduira probablement à retourner le voir très bientôt, ne serait-ce que pour éclaircir davantage certains détails de l’intrigue ou peut être tout simplement pour revivre de nouveau cent quarante-huit minutes de délectation intellectuelle et cinématographique.

CHRISTOPHER NOLAN | USA | 148 MIN | 21 JUILLET 2011 | LEONARDO DICAPRIO, MARION COTILLARD, JOSEPH G. LEVITT, MICHAEL CAINE



22
Poster un Commentaire

avatar
20 Fils de commentaires
2 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
11 Auteurs du commentaire
INTERSTELLAR : film ultime de Christopher Nolan ? | LE BLEU DU MIROIR | DE FILMS EN AIGUILLES : CRITIQUES CINEMAENEMY | LE BLEU DU MIROIR | DE FILMS EN AIGUILLES : CRITIQUES CINEMALUCY | LE BLEU DU MIROIR | DE FILMS EN AIGUILLES : CRITIQUES CINEMAGODZILLA | LE BLEU DU MIROIR | DE FILMS EN AIGUILLES : CRITIQUES CINEMATHE IMMIGRANT | LE BLEU DU MIROIR | DE FILMS EN AIGUILLES : CRITIQUES CINEMA Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Caro
Invité
Caro
Ce film est une énorme claque, un scénario brillant, une réalisation parfaite et les acteurs sont tous excellents !! Nolan est un dieu ^^
Alamissamoun
Invité
Je ne peux rien ajouter à ton billet qui est parfaitement en phase avec mon ressenti du film.
Un grand film.
Neil
Invité
Un film absolument époustouflant, d’une maîtrise incroyable. Si je n’ai pas la même opinion sur la prestation de Marion Cotillard, je ne peux qu’approuver ton article.
A.L
Invité
Hey ! Plutôt un grand merci à toi pour ton commentaire, qui m’a fait chaud au coeur, au retour d’une journée médiocre. Qui plus est, venant d’un auteur de critiques ciné dont le blog est plus que passionnant (je vois qu’on partage le même goût pour le cinéma, mais pas toujours les mêmes opinions !), j’apprécie d’autant plus.

Quant à Inception, j’ai sensiblement le même avis que le tien, exception faite de la personne de Marion Cottillard.

A.L, qui compte bien revenir commenter !

Caro
Invité
Ce film est géant ! *.*
Nolan décidément, un grand talent !
Soma
Invité
Je suis allée voir ce film le jour de sa sortie sans rien savoir sur le scénario… j’avais vu vaguement la bande annonce, ms n’y avais rien compris… Je savais les critiques excellentes…
Et bien !!!! Grandiose !
Très bon moment… un bon scénario bien ficelé, une super mise en scène… bref, top top top !!!
Dasola
Invité
Bonjour Wilirah, c’est décidé, je vais aller ce week-end voir ce film. A force de lire des critiques (positives), je veux me rendre compte par moi-même. Bon samedi.
Ornelune
Invité
Content que finalement les bons points décernés au film te décident
J’ai hâte d’avoir ton avis Dasola !
Dasola
Invité
Bonsoir Wylirah, ça y est, je l’ai vu. Je suis moins dithyrambique que toi ou d’autre mais je reconnais que c’est très bien fait avec de belles séquences comme les rues de Paris qui se renversent. C’est en effet très compréhensible (sauf les deux séquences avec le japonais et LDC vieillis, je n’ai pas compris). Marion Cotillard en « grain de sable » qui empêche que tout se déroule normalement est magnifique. Très beau rôle féminin. Ellen Page, en revanche, ne joue que les utilités. Les autres acteurs sont bien. Bonne soirée.
Wilyrah
Invité

Ce sont les deux mêmes scènes, Saito est perdu dans les limbes et Cobb (LDC) le retrouve et ils se rappellent ensemble qu’ils ont passé un deal et qu’ils ne sont pas dans la réalité. Ensuite, il est suggéré (selon comment on l’interprète) qu’ils utilisent le revolver pour « se tuer » et ainsi se réveiller dans l’avion, après que les effets du sédatif se soient enfin dissipés. Assez d’accord avec toi concernant Ellen Page et Marion Cotillard, que je n’apprécie pas toujours mais qui est ici très bonne. Son histoire est pour moi ce qui est de plus beau et tragique… Lire la suite »

Dasola
Invité
Rebonsoir, merci pour l’explication de la scène entre Cobb et Saito. Bonne soirée.
Alamissamoun
Invité
Magnifique!!! Nolan est aujourd’hui l’un des meilleurs à Hollywood, par pitié messieurs des studios arrêtez de donner des centaines de millions de dollars à des Michael Bay ou John Turtletaub et concentrez-vous sur de vrais artistes. Chapeau Monsieur Nolan pour ce spectacle incroyable, le film de l’année pour moi.
Benoît
Invité
Salut Thomas, Inception est bien le meilleur film de l’année avec à mon goût Valhalla Rising (mais tu n’aimerais pas ce dernier, bien trop lent à ton goût). Sinon, j’ai vu que tu avais fait une petite chronique de Toy Story 3 mais je ne l’ai toujours pas vu.

Bonne soirée à toi.

Bastien
Invité
Tout est dit dans ton texte. Amen. ^^
trackback
[…] avait mis tout le monde d’accord (The Dark Knight) et un thriller dantesque et renversant (Inception), Christopher Nolan boucle sa trilogie Batman avec un troisième et ultime volet sollicitant une […]
trackback
[…] s’attendre à une fresque mille-feuilles mixant l’ampleur scénaristique d’un Inception, les envolées lyriques d’un Mr Nobody et les considérations méta-physiques d’un […]
trackback
[…] qui va chercher à se la jouer Ocean’s Eleven avec l’ambition scénaristique d’un Inception. Malheureusement, Louis Leterrier n’est ni Soderbergh, ni Nolan, et son Insaisissables […]
trackback
[…] en langue anglaise (la demoiselle avait déjà eu des rôles notables sous la direction de Christopher Nolan ou Michael Mann mais jamais le premier). Voilà pour les […]
trackback
[…] Juliette Binoche, Bryan Cranston (Breaking Bad, Drive), Sally Hawkins (Be Happy) ou Ken Watanabe (Inception), sous la direction du réalisateur de Monsters, Gareth […]
trackback
[…] – qu’il revendique comme une oeuvre inspirée de Léon (justement) mais aussi Inception et (plus surprenant) 2001 l’Odyssée de l’espace. On est alors partagé […]
trackback
[…] ne vient. D’autres films ont une fin indécidable – et sont bien meilleurs, notamment Inception ou Shutter Island – aux des interprétations multiples presque jubilatoires. On en est loin dans […]