featured_the-perfect-candidate

THE PERFECT CANDIDATE

Maryam est médecin dans la clinique d’une petite ville d’Arabie saoudite. Alors qu’elle veut se rendre à Riyad pour candidater à un poste de chirurgien dans un grand hôpital, elle se voit refuser le droit de prendre l’avion. Célibataire, il lui faut une autorisation à jour signée de son père, malheureusement absent. Révoltée par cette interdiction de voyager, elle décide de se présenter aux élections municipales de sa ville. Mais comment une femme peut-elle faire campagne dans ce pays ?

Critique du film

La réalisatrice Haifaa Al-Mansour revient en terrain connu après avoir mis sur le devant de la scène le cinéma saoudien avec Wadjda et deux films réalisés en Occident. Pour son nouveau film réalisé dans son pays natal, celle-ci a pu davantage laisser s’exprimer sa mise en scène que dans son premier film, tourné quasiment en cachette. Avec The Perfect Candidate, la réalisatrice s’attelle une nouvelle fois à la place des femmes dans la société saoudienne, dans un film politique et étonnement comique. 

The good doctor

Comme Wadjda, The Perfect Candidate peut d’abord être perçu comme un « film à sujet ». On y suit la lutte de Maryam, médecin, qui décide, pour mettre en lumière l’état de la route menant à sa clinique, de se lancer dans la course électorale. Plutôt que de postuler à un meilleur poste à Riyad, le combat de Maryam permet au scénario de traiter de l’état de la politique en Arabie Saoudite, des pouvoirs publiques, et évidemment du sexisme de cette société. Un combat de Maryam pour faire entendre sa voix qui pourrait autant être celui de la réalisatrice, luttant pour se faire sa place dans l’industrie cinématographique saoudienne. 

Des sujets très intéressants, dont certains étaient présent dans Wadjda. Mais dans son premier film, la mise en scène de la réalisatrice était discrète. Il était en effet très difficile pour une femme de réaliser un film, d’autant plus du fait des sujets de Wadjda. La réalisatrice l’exprimait, le succès de ses films a permis à Haifaa Al-Mansour d’avoir plus de libertés de la part des autorités sur le tournage, tout en conservant sa propre patte, notamment dans le choix d’acteurs non-professionnels. Mention spéciale à la prestation rayonnante et sensible de Mila Alzahrani, interprète de Maryam.

Ces libertés se ressentent dans The Perfect Candidate. La mise en scène reste relativement discrète, tandis que le film développe vite son propre ton. La situation de Maryam et de sa famille, qui l’accompagne à différents degrés dans cette épreuve perdue d’avance prête à rire. Mais un rire très cynique et cohérent avec les sujets du film. Un humour pince-sans-rire qui donne à The Perfect Candidate un ton singulier, où l’on rit d’une situation politique et sociale, a priori pas particulièrement amusantes, proche des comédies sociales à l’italienne. Un parti-pris judicieux pour traiter avec un peu de légèreté de sujets difficiles.

Sous son écrin de film dramatique, The Perfect Candidate parvient avec son humour à transmettre un sentiment de sympathie, sans oublier d’aborder intelligemment les difficultés qu’être une femme, médecin, politique, dans la société saoudienne suppose. 

Bande-annonce

8 avril 2020 (repoussée) – Réalisé par Haifaa Al Mansour, avec Mila Alzahrani