featured_Star-Wars-Derniers-Jedi

STAR WARS VIII – LES DERNIERS JEDI

Les héros du Réveil de la force rejoignent les figures légendaires de la galaxie dans une aventure épique qui révèle des secrets ancestraux sur la Force et entraîne de surprenantes révélations sur le passé… 

Disney dans l’espace

Les fans de Star Wars devraient certainement en avoir pour leur argent avec Les derniers Jedi. Tout comme Le Réveil de la Force reprenait La Guerre des Etoiles, ce deuxième volet de la troisième trilogie – l’épisode huit donc – semble calqué sur L’Empire contre-attaque. À l’instar de Luke Skywalker jadis, l’héroïne part vivre une quête initiatique tandis que les rebelles, qui tentent de s’opposer à l’artillerie lourde du « Premier Ordre », sorte de revival de l’Empire, luttent pour leur survie et enchaînent les revers après avoir connu un premier succès.

Depuis son retour à la fin du précédent volet, Mark Hamill, qui permet de connecter cette nouvelle trilogie à la toute-première, semblait cristalliser les attentes. En vieux sage dépassé par les évènements, celui qui enfile à nouveau le costume de Luke Skywalker est plutôt convaincant. Surtout face à une Daisy Ridley dont le personnage, qui reprend celui de Mark Hamill vingt ans plus tôt en le « féminisant », apparaît en comparaison assez insignifiant après avoir suscité l’espoir à son apparition.

Un trop lourd héritage ?

Il faut croire que les pistes esquissées pour rendre la saga moins manichéenne ont été abandonnées en cours de route. Entamée dans Le Réveil de la Force, l’histoire de Finn le déserteur perd assez vite en intérêt dans ce deuxième volet, comme si les scénaristes ne savaient déjà plus quoi faire de lui. Le film semble entrouvrir des portes en terme de complexité du scénario et d’épaisseur des personnages pour les refermer aussitôt. S’il parait un temps soumis au doute, le « méchant » Kylo Ren, héritier présomptif de Dark Vador, se révèle finalement manipulateur et intrinsèquement mauvais. Tout juste a-t-il une faiblesse : la solitude du pouvoir, qui l’incite à essayer de faire de Rey son allié. Il était pourtant le personnage a priori le plus complexe, perdu entre son désir de pouvoir et sa relation compliquée avec un héritage trop lourd à porter. Tout porte à penser que les scénaristes peinent à se détacher, eux, de celui de George Lucas et de la première trilogie.

Rey et Luke Skywalker sont Les derniers Jedi

Ce deuxième volet est à ce point auto-référentiel qu’on peut même y glisser des gags, et que les personnages comme Luke Skywalker semblent moins se prendre au sérieux – ce qui tranche un peu avec l’attitude compassée des acteurs dans les épisodes précédents, avouons-le, et peut s’avérer assez réjouissant. La saga a peut-être atteint ce point où elle est devenue un tel monument qu’elle peut se moquer d’elle-même. Star Wars – Les derniers Jedi y va même de son petit caméo avec ce bon vieux Chewbacca, ressorti du placard telle une vieille idole dont on ne saurait que faire et qu’on exhibe avant de s’en débarrasser aussitôt. Il faut dire que la vieille boule de poils a été remplacée par une autre, nommée Porg, un mélange de macareux et d’oiseau qui apparaît en tout et pour tout cinq minutes à l’écran mais dont la peluche était déjà disponible dans les magasins quelques minutes après la diffusion de la bande-annonce du film – une opération marketing astucieuse, un mois avant Noël.

Le revers de la médaille

En revanche, on ne remerciera jamais assez les « repreneurs » de la saga Star Wars d’avoir définitivement rompu avec l’esthétique jeu vidéo plutôt laide de la dernière trilogie. Dans ce dernier volet, les scènes de combat sont plus esthétisées, comme lorsque l’étendue enneigée d’une planète devient rouge sang au contact des vaisseaux de combat. Suffisamment appréciable pour être souligné. 

Malheureusement, toute médaille a son revers : la saga ayant été ressuscitée grâce au rachat de LucasFilm par Disney, Les Derniers Jedi ne parvient à s’émanciper de l’esprit vanillé de la firme avec des personnages capables de débiter des phrases telles que : « C’est pour cela qu’on se bat, pas pour détruire ce qu’on déteste mais pour sauver ce qu’on aime » ou encore « Nous sommes l’étincelle d’espoir qui doit embraser la galaxie ». Cette morale simplette et typiquement américaine, moins forte des premiers épisodes, atteint ici l’hypertrophie. On imagine presque le spectateur yankee, assis sur son fauteuil, ravi de s’identifier dans ce combat du Bien (« nous ») contre le Mal (« les autres »). Même le destin de Rey ressemble à une transposition de la psyché des Etats-Unis : partie à la recherche de ses origines, elle se retrouve confrontée à la cruelle vérité. Comme une façon de réactiver la vieille doctrine américaine du « Peu importe d’où vous venez, vos actes vous définissent ».

Pour Rian Johnson, à la barre de ce huitième épisode (et, bientôt, d’une toute nouvelle trilogie), il s’agissait de s’inscrire dans la continuité tout en réinventant l’univers et en lui offrant de nouvelles directions. Au final, Les derniers Jedi pourrait être qualifié de « bon » Star Wars, en cela qu’il coche toutes les cases pour correspondre aux attentes des aficionados, mais ne remplit pas complètement sa mission, ne sortant guère des sentiers battus et ne s’émancipant jamais vraiment de son héritage. Un film somme toute assez classique, aussi bien dans sa forme que dans son propos, dont tout prête à penser qu’il n’en restera pas grand chose dans l’esprit du non-initié dans le mois suivant la projection.




Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de