thb_verybadtrip

VERY BAD TRIP

TODD PHILLIPS | USA | 90 MIN | 2009 |  BRADLEY COOPER, ZACH GALIFIANAKIS

Quelques jours avant son mariage avec Lisa, Doug décide d’enterrer sa vie de garcon avec quelques copains, lesquels organisent une virée à Las Vegas. Lisa voit d’un mauvais oeil cette sortie, obsedée par un mariage qu’elle attend depuis toujours. Au réveil de l’enterrement de vie de garçon bien arrosé, les trois amis du fiancé se rendent compte qu’il a disparu 40 heures avant la cérémonie du mariage. Ils vont alors devoir faire fi de leur gueule de bois et rassembler leurs bribes de souvenirs pour comprendre ce qui s’est passé.  

Annoncé comme LA comédie de l’année un peu partout – tant dans la presse que par les spectateurs – je me suis essayé au phénomène de l’année, Very Bad Trip. Sauf que la dite « bonne surprise » n’en est pas vraiment une. Tout d’abord, il est difficile de ne pas faire le rapprochement avec Very Bad Things de Peter Berg, dont le pitch de départ est extrêmement similaire (à une nuance près), à tel point qu’on se demande s’il n’y a pas plagiat. Le choix du titre VF semble d’ailleurs appuyer l’argument puisqu’un seul mot change par rapport au film de Berg sorti en 1998. Mais comme la beuverie est terriblement à la mode et que la bande à Apatow est – énigmatiquement – super tendance ces temps-ci, le film a eu un succès non négligeable au box-office mondial qui l’élève quasiment (pour certains) au statut de « film culte », alors qu’il mériterait davantage l’étiquette de « film con ». Les personnages sont d’un caricatural si excessif qu’il en devient consternant – même si Melissa, la copine castratrice qui empêche son copain de fréquenter ses amis parce qu’elle les trouve immatûres… – les acteurs sont plutôt mauvais et surjouent la plupart du temps – quand ils ne tombent pas allègrement dans le cabotinage homophobe – et l’unique source à gags potentiellement amusante (le marginal qui se prend d’affection pour le bébé) passe malheureusement trop vite à la trappe. The Hangover débute plutôt bien. Cela ne dure pas plus d’une demie-heure. La suite du film n’est qu’un « very bad trip » pour lequel on n’a pas envie d’embarquer.

Quitte à passer pour un aigri rabat-joie, j’ose le jeu de mots aussi subtil que le film : Very Bad Trip est une Very Bad Comedy, pas du tout à la hauteur des meilleures comédies US qu’elle plagie et parodie sans une once d’inspiration. Las Vegas est la porte ouverte à tous les clichés et l’auteur s’en est donné à cœur joie apparemment ! Le film ne devrait néanmoins pas avoir de mal à trouver son public en dvd, comme il l’a fait en salles (après tout, les beaufs sont nombreux). Bourré au fond de son canapé, on a peut-être encore plus de chances de l’apprécier !

note_poubelle




7
Poster un Commentaire

avatar
7 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
BABYSITTING | LE BLEU DU MIROIR | DE FILMS EN AIGUILLES : CRITIQUES CINEMAÉCHANGE STANDARD | LE BLEU DU MIROIR | DE FILMS EN AIGUILLES : CRITIQUES CINEMACOMMENT TUER SON BOSS ? | LE BLEU DU MIROIR | DE FILMS EN AIGUILLES : CRITIQUES CINEMA(critique) VERY BAD TRIP 3 « LE BLEU DU MIROIR | DE FILMS EN AIGUILLES : CRITIQUES CINEMAbatman85 Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
PinkSataniste
Invité
PinkSataniste
Oh, merci, je me sentais seule ! C’est pour moi le summum de la fausse-audace et le véritable film beauf « masqué », à peine d’ailleurs. Pas moins que son sujet, pas moins vulgaire non plus que l’image donnée par Las Vegas. Ce film est vraiment un comble. Il décroche le « zéro », extrêmement rare de ma part… même si comme à vous, le début m’apparaissait potentiellement prometteur (deux mots pour une idée, tant il faut atténuer…)
Alamissamoun
Invité
Alamissamoun
Pas génial, ce film m’a tiré un ou deux sourires tout de même… Allez on va dire un moment de détente.
batman85
Invité
batman85
J’ai vu ce film. J’ai apprécié dans le sens où ça se laisse regarder mais ça ne mérite pas spécialement le bruit qu’on en a fait autour.
trackback
[…] Voilà le parfait exemple de franchise qui aurait dû s’arrêter au premier volet. Si Very Bad Trip, premier du nom, avait su créer la surprise, le second n’était qu’une pale copie : on reprend […]
trackback
[…] sur le succès du navrant Very Bad Trip, Horrible Bosses n’est qu’une énième comédie improbable, potache et hystérique […]
trackback
[…] Standard réussit l’immense exploit de faire passer le navrant Very Bad Trip pour un chef d’oeuvre du septième art. Prenez deux acteurs médiocres forçant sur la […]
trackback
[…] réutiliser l’idée de l’enterrement de vie de garçon qui tourne mal aurait été trop flag, tu as pensé à une histoire de babysitting… qui tourne mal. Le […]