house that jack built

THE HOUSE THAT JACK BUILT | Lars Von Trier sera bien à Cannes !

19Qui ?

Réalisateur radical et engagé, Lars Von Trier est devenu en quelques années un cinéaste peu avare en provocation, avec Antichrist et Nymphoniac comme étendards. Adoré ou détesté, chaque nouveau projet du metteur en scène est scruté de près par les cinéphiles du monde en entier. Habitué depuis 2000, et le palmé Dancer in the Dark, à sortir un film tous les 2-3 ans tel un métronome, le danois se fait désirer depuis son diptyque cru et inégal de 2013 : le bien nommé Nymphomaniac. Le cofondateur du Dogme 95 avec Thomas Vinterberg – qui s’était fendu d’un petit tacle à son égard dans notre entretien de janvier – est donc enfin de retour avec ce The House That Jack Built au pitch alléchant et au casting surprenant.

C’est Matt Dillon, dont la carrière est au ralenti depuis plusieurs années, qui prendra les traits du serial killer Jack au coeur de l’intrigue du film (voir ci-dessous). Côté victimes, Lars Von Trier a fait appel à un casting éclectique alternant habituée de son univers (Uma Thurman, déjà présente dans Nymphomaniac), valeur sûre du cinéma danois (Sofie Grabol, tenant le rôle-titre du The Killing version scandinave) et nouvel espoir du cinéma indé (Riley Keough, déjà très prometteuse dans American Honey). Une distribution déroutante mais excitante qui résonne comme l’annonce du casting à la Woody Allen, autre réalisateur toujours étonnant dans ses choix.

Quoi ?

The House That Jack Built racontera l’histoire d’un tueur en série dans les années 70 à travers cinq meurtres et sa difficulté à vivre avec le monde extérieur. S’inspirant de la narration de Nymphomaniac, le réalisateur devrait choisir plusieurs formats pour relier chacun de ces meurtres.

Après la polémique du Festival de Cannes 2011, chaque déclaration de Lars Von Trier a droit à des retombées presse planétaires. Ce dernier projet n’y échappe pas puisque le réalisateur exprime l’envie de raconter la cruauté de la vie à travers cette histoire de tueur en série, et faisant notamment référence à la récente élection de Trump.

Quand ?

Fidèle à un des préceptes du Dogme 95, The House That Jack Built a été tourné à Copenhague, après un passage par la Suède. Produit par sa société de production Zentropa, le film a déjà été pré-vendu sur plusieurs territoires et ce sont Les Films du Losange qui se chargeront une nouvelle fois de la distribution du film en France.

Habitué des Festivals, même s’il avait été déclaré persona non-grata en 2011 au Festival de Cannes suite à ses propos antisémites, Lars Von Trier sera finalement de retour en Sélection Officielle, catégorie Hors Compétition! Le film débarquera en salle le 3 octobre prochain.

Pourquoi ?

Lars Von Trier demeure assurément l’un des réalisateurs européens les plus passionnants. Metteur en scène de génie et conteur singulier, il est capable du meilleur avec Dogville, Dancer in The Dark et récemment avec Nymphomaniac Vol. 1, comme du moins bon (Nymphomaniac Vol. 2, Antichrist). Il n’en demeure pas moins un artiste indépendant dont le cinéma suscite toujours une émotion particulière et même si ses derniers films ont partagé la rédaction, son travail reste toujours particulièrement guetté. Ce nouveau film aux allures de thriller et au casting brillant ne peut que faire monter l’excitation et nourrir de beaux espoirs.




0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x