still_His-dark-materials

HIS DARK MATERIALS | La série À la croisée des mondes

Dix-neuf ans après la sortie du dernier tome, Le miroir d’Ambre, clôturant remarquablement de la trilogie His Dark Materials (À la Croisée des Mondes en VF), la BBC va diffuser son adaptation des romans de Philip Pullman, sous forme de série télévisée, dans le courant de l’année. Une sacrée bonne nouvelle, lâchée à la fin d’un trailer efficace et qui laisse place au désir ardent de voir un chef d’oeuvre. Ou au moins de voir une meilleure version de cette histoire que celle proposée par Chris Weitz en 2007 avec sa Boussole d’Or fissurée.

Pourquoi tant d’attentes ?

Pour celles et ceux qui n’ont pas pu lire les livres (vous pourrez donc les découvrir pour vous préparer à la série, la chance !), nous sommes en face de la fine fleur de la fantasy, tour à tour épique, touchante (les cent dernières pages de la saga ont fait pleurer toute personne ayant un coeur) et avec suffisamment de niveaux de lecture pour contenter enfants, adolescents et adultes. On y suit les aventures de Lyra Belacqua, une jeune fille qui cherche à sauver d’autres enfants ayant disparu dans un Londres d’un univers parallèle, sur fond d’intrigues politico-religieuses. Une quête qui va la mener à aller dans le Grand Nord, puis à poursuivre vers d’autres mondes où elle rencontrera un garçon nommé Will Parry, alors qu’une guerre inter-dimensionnelle se prépare, dont ils sont l’épicentre.

 

Lyra et Pan dans His dark materials (série HBO)

Lyra et Pan

Un résumé de quelques lignes qui ne rend pas hommage à la densité de la trilogie de Pullman, qui traite pêle-mêle de notre rapport à la religion, au mysticisme, de la théorie des cordes, des multivers, des liens filiaux ou encore de la quête du libre-arbitre, en plus de décrire une bonne dizaine de mondes et de sociétés différentes au fil des pages.

Un vrai challenge

On mesure forcément la difficulté de pouvoir adapter une oeuvre de cette densité en étant concis et clair sans renier l’intelligence de l’écriture et la complexité de cet univers. Le film de 2007 avait cru pouvoir se baser uniquement sur Nicole Kidman et Daniel Craig (qui jouaient les parents de Lyra) et quelques visuels assez aboutis pour tromper son monde, sans réussite. La BBC ayant commandée deux saisons de huit épisodes chacune, le problème du manque de temps disponible pour pouvoir développer cet univers est donc caduque ; encore faut-il remplir intelligemment toutes ces heures.

 

Ruth Wilson en Marisa Coulter

Ruth Wilson en Marisa Coulter

Si le casting parait très solide (Ruth Wilson libérée de The Affair qui s’annonce parfaite en Marisa Coulter, Lin-Manuel Miranda qui fait déjà baver en Lee Scoresby ou encore James McAvoy qui devrait camper un bon Lord Asriel), il faudra que Jack Thorne (scénariste sur This is England ou Glue) et ses collègues développent des personnages intéressants et un univers suffisamment profond et intriguant pour que l’on ait envie d’y rester sur la durée. Reste aussi à voir ce que Tom Hooper, connu pour son bon travail avec HBO (John Adams) mais plus irrégulier au cinéma, peut proposer derrière la caméra dans un genre qui lui est inconnu.

Cette nouvelle adaptation satisfera-t-elle les fans ?

Il ne s’agit donc pas forcément de reproduire tous les éléments du livre, ce ne sera de toute manière pas possible même avec huit heures par saison. Mais plutôt de prendre quelques éléments et de bien les développer, ce qui serait déjà une réussite. Depuis quelques années, la BBC développe son catalogue télévisuel en s’assurant d’avoir à la fois la quantité et la qualité, que ce soit en attirant des réalisateurs et réalisatrices reconnu.e.s – Susanne Bier pour The Night Manager, Park Chan-wook pour The Little Drummer Girl récemment – ou en faisant confiance à des créateurs et créatrices pour renouveler leur programmation (Hugo Blick, Phoebe Waller-Bridge, Sally Wainwright) voire carrément leurs séries phares (Chibnall sur Doctor Who l’année passée).

James McAvoy en Lord Asriel

James McAvoy en Lord Asriel

En récupérant auprès de New Line Cinema la licence d’une oeuvre britannique très connue à l’international et en s’assurant d’un partenariat avec HBO, la Beeb s’assure une couverture médiatique optimale. Reste à voir le produit final et l’attitude des fans de la saga devant ce dernier. Car si la réussite n’est pas au rendez-vous, nul doute qu’Internet prendra feu aussi rapidement qu’un zeppelin abattu par Lee Scoresby. En tout cas, entre Good Omens et His Dark Materials, la littérature britannique a de quoi faire rêver cette année sur nos (plus si) petits écrans.

Mise à jour : En France, la série sera diffusée sur OCS. 



Découvrez le premier teaser de la série