featured_une-vie-secrete

UNE VIE SECRÈTE

Espagne, 1936. Higinio, partisan républicain, voit sa vie menacée par l’arrivée des troupes franquistes. Avec l’aide de sa femme Rosa, il décide de se cacher dans leur propre maison. La crainte des représailles et l’amour qu’ils éprouvent l’un pour l’autre condamnent le couple à la captivité.

Critique du film

Porté par une interprétation remarquable d’Antonio de la Torre, de Belén Cuesta et de Vicente Vergara, Une vie secrète prend pour matériau scénaristique l’histoire des « taupes » durant la période franquiste. Par ce terme, on désigne des républicains qui, pour fuir la répression fasciste, restèrent cloîtrés chez eux durant des années, voire des décennies.

Comme beaucoup de grands films, Une vie secrète pose des questions insolubles. Cette œuvre passionnante, à la grande richesse thématique, brouille avec intelligence les repères entre héroïsme et lâcheté, lucidité et aliénation. Pour sauver sa vie à tout prix, faut-il finalement accepter de la vivre partiellement et peut-être la gâcher, la perdre ?

Captivant intellectuellement par l’histoire qu’il offre, le film l’est aussi formellement, par sa bande son, sa photographie et le travail sur l’enfermement, le cloisonnement. Enfermement physique mais aussi mental. Une vie secrète doit bien sûr beaucoup à son interprète principal, Antonio de la Torre, que l’on voit littéralement se transformer physiquement et intérieurement pour un rôle qui fera date dans sa carrière déjà très riche.

Une vie secrète

Pendant les presque deux heures trente que dure ce film, on est accroché à cette histoire extraordinaire, insolite, à la limite du fantastique et pourtant véridique et qui fût celle de beaucoup d’hommes en Espagne durant cette période. Une vie secrète intrigue, émeut, mais le malaise vient aussi parfois s’insinuer face à l’acharnement de cet homme, dont on se demande quelle est la véritable raison de vivre. Le plan final est saisissant et troublant, et restera longtemps dans la mémoire des spectateurs, à n’en pas douter.

Film sur la peur, l’engagement et la clandestinité, mais aussi sur l’amour fou et l’engrenage de la violence, Une vie secrète a remporté les prix de la meilleure réalisation et du meilleur scénario au Festival de San Sebastian 2019 et a permis à Belén Cuesta de décrocher le Goya 2020 de la meilleure actrice.

Bande-annonce

28 octobre 2020 – Avec Antonio de la TorreBelén CuestaVicente Vergara