featured_The-shape-of-water

THE SHAPE OF WATER

Enchanteur

Modeste employée d’un laboratoire gouvernemental ultrasecret, Elisa mène une existence morne et solitaire, d’autant plus isolée qu’elle est muette. Sa vie bascule à jamais lorsqu’elle et sa collègue Zelda découvrent une expérience encore plus secrète que les autres…

Amour universel.

Reparti de la Mostra de Venise avec la récompense suprême, le Lion d’Or, The Shape of Water (La forme de l’eau en VF) ne sortira qu’à la fin du mois de février prochain sur les écrans français, quelques jours avant la cérémonie des Oscars où il devrait tenir un rôle notable, quand Sally Hawkins fera elle partie des favorites dans la catégorie « meilleure actrice ». Il faut dire que la comédienne britannique est incroyable dans le nouveau long-métrage de Guillermo Del Toro, irradiant le film de son interprétation (quasi-)mutique.

The Shape of Water traverse le temps pour atterrir au début en 1962, en pleine Guerre froide, berçant le film d’une fibre nostalgique assez charmante et d’un sentiment d’urgence lié au conflit américano-russe. Superbe étendard au story-telling sublimé par un visuel flamboyant, registre dans lequel excelle Del Toro, sa dernière création évoque l’amour sous toutes ses formes. Une histoire d’amour, tout d’abord, mais aussi une déclaration d’amour aux monsters-movies, aux films noirs, aux comédies musicales et au cinéma plus généralement (des classiques aux séries Z, pour lequel Del Toro conserve une indéfectible affection depuis l’enfance). Son fantastique conte baroque imprègne chaque image d’un amour infini pour les films. Cette cinéphilie, connue pour être l’elixir du cinéaste mexicain, vient donner corps à ses visions fantasmées résolument romantiques, mariant très habilement les ingrédients de sa recette magique dans le chaudron de la créativité. Un enchantement auquel il est presque impossible de résister.

Un brin curieux, cet objet cinématographique à l’ancienne, en forme d’hommage au Golden age, pourrait bien être l’oeuvre la plus accessible du réalisateur. En dépit d’un récit légèrement balisé, l’imaginaire gothique de Del Toro, un montage aux petits soins et la grande qualité d’interprétation des comédiens (Shannon, imbuvable, et Jenkins, comme d’habitude irrésistiblement attachant) font de La forme de l’eau le premier des films majeurs de l’année 2018.

La fiche

LA FORME DE L’EAU – THE SHAPE OF WATER
Réalisé par Guillermo Del Toro
Avec Sally Hawkins, Michael Shannon, Richard Jenkins…
Etats-Unis – Fantastique, drame, romance
Sortie : 21 février 2018
Durée : 
123 min




Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre