featured_Sicario

SICARIO

9
Intense

La zone frontalière entre les États-Unis et le Mexique est devenue un territoire de non-droit. Kate, jeune recrue idéaliste du FBI, est enrôlée pour aider un groupe d’intervention d’élite dirigé par un agent du gouvernement dans la lutte contre le trafic de drogue. Débute alors une mission clandestine aux objectifs énigmatiques…

À la frontière du bien et du mal.

Comment expliquer l’absence de Sicario du palmarès cannois ? Les frères Coen redoutaient-ils d’être soupçonnés de favoritisme en récompensant un film dont le directeur de la photo, Roger Deakins, a travaillé avec eux à de multiples reprises (Fargo, The Big Lebowski, No country for old men…) ? Jake Gyllenhaal craignait-il de voir sa subjectivité remise en cause en primant un réalisateur devenu son ami ? Xavier Dolan aurait-il rechigné -pour quelque raison que ce soit – à décerner un prix à un confrère et compatriote ? On se pose peut-être les mauvaises questions, mais que Sicario quitte la Croisette bredouille restera un mystère que la confidentialité des délibérations du jury empêchera à jamais de percer.

Une énigme opaque et des questions plein la tête, c’est exactement ce que l’on retrouve dans Sicario. D’emblée, Villeneuve colle sa caméra aux basques de Kate, bien décidé à la lâcher le plus tard possible. C’est à travers le point de vue de cette agente du FBI – campée par une Emily Blunt parfaite -, à l’éthique professionnelle affirmée, que le spectateur découvre les implications de la mission qui lui a été confiée. Il fait cause commune avec l’héroïne. L’un n’aura jamais un temps d’avance sur l’autre. Les questionnements et sidérations liés à la tournure que prend l’enquête sont partagés. Que se trame-t-il exactement ? Que vient faire une agente du FBI dans cette galère? Les réponses sont livrées par bribes – si tant est qu’on puisse les considérer comme fiables. Frustration et suspense vont de pair, chacune nourrissant l’autre. Villeneuve déstabilise le spectateur en ne lui livrant pas un plan de vol bien défini, dont chaque étape serait un passage obligé aisé à anticiper.

Il en résulte un excellent thriller, sec et immersif, qui, au fur et à mesure que le brouillard entourant l’enquête de dissipe, avance plus profondément dans la noirceur. La violence va crescendo, surgit de tous côtés, alors que Kate remet en doute le bien fondé de sa mission. Celle-ci passe du parcours en points d’interrogations au chemin de croix. Et c’est glaçant.

La fiche

thb_Sicario

SICARIO
Réalisé par Denis Villeneuve
Avec Emily Blunt, Benicio Del Toro, Josh Brolin…
Etats-Unis – Thriller
Sortie : 7 Octobre 2015
Durée : 121 min




3
Poster un Commentaire

avatar
3 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
adrientinalakillerdasola Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
dasola
Invité
Bonsoir, j’ai vu ce film hier soir et je l’ai bien apprécié malgré sa violence (que de cadavres! 35 rien qu’au début). Et puis il y a Emily Blunt, seule femme ou presque dans ce monde d’hommes. Bonne soirée.
tinalakiller
Invité
Pour moi, il s’agit d’un bon film, réellement captivant, vraiment bien foutu dans sa mise en scène et Benicio Del Toro est excellent. Par contre, même l’interprétation de Blunt est bonne, son personnage m’a vraiment agacée, je la trouve si inutile et limite pas trop réaliste…
adrien
Invité
adrien
Merci pour la critique qui m’a été de très bon conseil. Le film est très bien rythmé avec une photo remarquable. Pour ceux qui ont adorés True Détective S1 je garantie du pur bonheur.
Sinon au delà de l’image, j’ai trouvé le casting juste, la bande son excellente et l’histoire sordide…du pur polar ricain. Attention aux âmes sensibles.