featured_Paterson-Jarmusch

PATERSON

6
Lancinant

Paterson vit à Paterson, New Jersey, cette ville des poètes, de William Carlos Williams à Allen Ginsberg, aujourd’hui en décrépitude. Chauffeur de bus d’une trentaine d’années, il mène une vie réglée aux côtés de Laura, qui multiplie projets et expériences avec enthousiasme et de Marvin, bouledogue anglais. Chaque jour, Paterson écrit des poèmes sur un carnet secret qui ne le quitte pas… 

Poète de l’ombre.

Ce conte typiquement Jarmuschien, relatant une semaine de la vie de Paterson, est un cri d’amour à la poésie et une réflexion sur la routine quotidienne dans lequel Jarmusch déclare avoir souhaité réaliser un « antidote à la noirceur et à la lourdeur des films dramatiques et du cinéma d’action ». Dans celui-ci, le personnage éponyme, campé par un Adam Driver tout en simplicité, est en couple avec Laura (Golshifteh Farahani, impeccable), aussi singulière que lui est gentiment ennuyeux. Leur amour touchant et leurs échanges, souvent émouvants de simplicité et parfois lunaires, constituent les scènes les plus caustiques du film. Débordante d’énergie et de lubies, entre son obsession pour les formes géométriques en noir et blanc et sa nouvelle passion pour la guitare et la confection de cookies, Laura tranche sincèrement avec le côté taiseux de Paterson, qui s’épanouit dans ses pensées poétiques et l’écriture dans son carnet secret. Son job de chauffeur lui offre sa principale source d’inspiration et son bouledogue Marvin, prétexte à sa promenade post-dîner dans le bar du coin, suffit à le contenter.

À l’inverse de Laura qui vit au grand jour ses passions et qui le pousse sans cesse à publier ses poèmes, Paterson n’écrit pour personne d’autre que lui. Clin d’œil sur la reconnaissance à tout prix, on pourrait donc avoir un supposé talent artistique sans forcément vouloir inonder le monde de ses œuvres ?

Si tout paraît lisse et propret dans cette gentille communauté vaguement ouvrière du New Jersey, où rien ne vient entraver le bonheur et la créativité de Paterson, l’essentiel réside dans le juste traitement de cet hommage au temps qui passe, qui laissera clairement de côté les plus cyniques. On se surprend à consulter sa montre (jamais bon signe au cinéma) et constater que le temps s’égrène vite devant cette fable cotonneuse qui rabâche avec honneur le même rituel quotidien durant deux heures. Un calendrier de l’avent plus que nécessaire en cette période d’indigestion consumériste, qui se regarde et se vit avec simplicité.

La fiche

thb_paterson

PATERSON
Réalisé par Jim Jarmusch
Avec Adam Driver, Golshifteh Farahani, Kara Hayward…
Etats-Unis – Drame
Sortie : 21 décembre 2016
Durée : 118 min
 





Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de