still_Oscars-2018

OSCARS 2018 | Le très bon 3 Billboards mérite-t-il de tout rafler ?

Ceux qui suivent régulièrement nos chroniques n’ont pas manqué de noter notre appréciation du dernier film de Martin McDonagh, 3 billboards – Les panneaux de la vengeance. Pour autant, le long-métrage fait pratiquement une razzia dans toutes les cérémonies où il est en compétition sans faire exception des Golden Globes, dont le palmarès donne souvent une bonne idée de celui des Oscars.

 

Bien entendu, les comédiens Frances McNormand et Sam Rockwell font office de favoris pour la récompense de meilleure actrice et meilleur second rôle. Ces deux vétérans feront deux beaux vainqueurs venant honorer deux filmographies exigeantes et singulières. En revanche, sans dénigrer l’oeuvre de belle facture de McDonagh, sacrer 3 billboards « meilleur film » n’apparait pas comme une évidence. Surtout quand, face à lui, on retrouve un petit bijou comme Call me by your name (véritable odyssée sentimentale, d’une beauté terrassante), un solide concurrent comme La forme de l’eau et le très politique Pentagon papers. Si le film de Steven Spielberg ne semble pas avoir les faveurs des pronostics, le grand film de Luca Guadagnino ou le conte aquatique de Guillermo Del Toro peuvent-ils créer la surprise ? Nous ne sommes apparemment pas les seuls à regretter une telle consécration annoncée, comme la rédactrice-en-chef du très bon magazine Cinéma Teaser.

 

Alors que Les heures sombres et même Lady bird semblent hors-course pour l’Oscar « best picture », on peut donc légitimement se demander si Three billboards est excellent au point de mériter autant de prix et la récompense ultime. Même notre rédacteur Robin Souriau, grand aficionados du réalisateur britannique, ne parvient pas à se réjouir que ce film-là fasse une telle razzia avec une concurrence aussi solide. Florent Dufour abonde dans son sens et trouve que cette tragi-comédie est « presque trop bien écrite, ça sent vraiment le film de scénariste. Ça reste une excellente comédie noire, mais on a tellement plus l’habitude de voir des films US comme ça qu’on a tendance à trop vite les porter aux nues« .

Fabien Randanne, notre rédac-chef adjoint, y va même plus franchement et invite l’Académie à créer la surprise : « Si Frances McNormand mérite l’Oscar de la meilleure actrice car elle réussit à apporter plein de nuances à un personnage taillé dans un bloc brut, il s’agit clairement du scénario et du film les plus surestimés de l’année. Très divertissant sur le moment, en y repensant après coup, il est difficile de ne pas le trouver manipulateur car il recourt à de grosses ficelles. » Voilà qui est plutôt limpide. Et quelques voix, comme celle de Fabien Genestier, s’élèvent même pour espérer l’impossible : le sacre de Dunkerque de Christopher Nolan. Get out, récompensé aux Spirit Awards, reste en embuscade également.

 

On espère fêter le sacre de Call me by your name

On ne va pas jouer le poker-menteur, on rêve en effet de voir Call me by your name sacré « meilleur film ». Parce que sa beauté est fragile, parce que sa finesse dans le fond et son élégance dans la forme en font une oeuvre universelle et profondément poétique. Parce que Timothée Chalamet livre une prestation d’une complexité et d’une subtilité incroyables et que face à lui l’ogre Gary Oldman devrait l’emporter. Mais aussi parce que dans la rédaction, plusieurs d’entre nous ont terminé son visionnage avec des frissons et/ou des larmes sur le visage. Rares sont les films qui racontent aussi bien la naissance de l’amour, du désir. Et que l’on consacre un film qui parle de l’amour avec autant de lyrisme et de douceur, n’en déplaisent à certains esprits chafouins, ça aurait sacrément de la gueule.

> > > Lire aussi : toutes les nominations aux Oscars 2018




Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de