featured_le-voyage-d-arlo

LE VOYAGE D’ARLO

7
Plaisant

Et si la catastrophe cataclysmique qui a bouleversé la Terre et provoqué l’extinction des dinosaures n’avait jamais eu lieu ? Et si les dinosaures ne s’étaient jamais éteints, et vivaient parmi nous de nos jours ? Arlo, jeune Apatosaure au grand cœur, maladroit et craintif, qui va faire la rencontre et prendre sous son aile un étonnant compagnon : un petit garçon sauvage, très dégourdi, prénommé Spot.

L’incroyable voyage.

C’est peu dire qu’on pouvait avoir les plus grandes craintes concernant le dernier né des studios Pixar. Une sortie repoussée d’un an et demi en raison de gros problèmes de production, le réalisateur Bob Peterson (Là-Haut) débarqué au profit du novice Peter Sohn, sans compter les animateurs licenciés ou les acteurs obligés de quitter le navire en route. Comme si cela ne suffisait pas, Le Voyage d’Arlo arrive six mois après le très réussi Vice-versa.

Pour autant, il serait bien dommage de passer à côté de ce nouvel opus. Certes il ne rivalise pas avec le précédent bébé de Pixar en termes d’inventivité, et son scénario porte un peu les stigmates des soucis qu’a connus la production (manque de cohérence et d’ambition), mais Le Voyage d’Arlo s’impose comme un très beau récit initiatique dans la plus pure tradition Disney. En effet, si on peut y retrouver un peu du Monde de Nemo, le film fait surtout penser aux classiques Bambi et Le Livre de la jungle, et ne renie pas non plus une parenté évidente avec Le Roi Lion dans plusieurs scènes. Dès lors une question peut se poser : les studios Pixar ont-ils perdu avec Arlo leur personnalité pour se fondre dans le moule de la maison mère Disney ? On pourrait penser cela, si le film n’était pas d’une qualité telle qu’on a plus envie d’y voir un hommage au genre. Et de fait, Le Voyage d’Arlo impose encore un peu plus le savoir faire de Pixar, qui arrive à retrouver la magie du Disney de la grande époque, à l’heure où la firme aux grandes oreilles a perdu de sa superbe.

Pour peu qu’on ait gardé son âme d’enfant, on plongera avec plaisir dans les aventures d’Arlo, jeune apatosaure craintif, qui se retrouve par accident éloigné de sa ferme familiale, et qui va devoir surmonter ses peurs pour la retrouver. Pour l’aider à franchir les obstacles qui le séparent de sa famille, il pourra compter sur l’aide d’un gentil compagnon, un petit homme préhistorique. Dans ce pitch, certes essentiellement à destination des plus jeunes, on retrouve quand même un peu de la malice des studios Pixar, qui ont eu l’ingénieuse idée d’inventer un monde où les dinosaures n’ont pas disparu, mais ont suivi une évolution proche de celle du genre humain. Le Voyage d’Arlo s’amuse ainsi avec l’anthropomorphisme qui règne en maître dans les dessins animés, allant même jusqu’à inverser les rôles. Les humains n’ont ainsi pas encore évolué, et le compagnon d’Arlo est un petit garçon qui ressemble plus à un animal qu’à un homme.

L’idée de départ du film permet aussi aux créateurs des personnages d’inventer de nouvelles espèces de dinosaures aux allures cartoonesques assez délirantes. Ce choix de personnages haut en couleurs est d’autant plus intéressant qu’il contraste avec l’ultra réalisme des décors. A ce titre, Le Voyage d’Arlo est une nouvelle prouesse technique de la part des studios Pixar. Les décors ne sont justement pas ici de simples décors, mais bien un personnage à part entière, à l’animation extrêmement soignée. Ne serait-ce que pour sa beauté visuelle, le film vaut le détour. Chaque plan est un ravissement pour les yeux, et nous enivre un peu plus pour nous inviter à suivre le jeune Arlo dans son fantastique voyage…

La fiche

thb_Le-voyage-d-arlo

LE VOYAGE D’ARLO
Réalisé par Peter Sohn
Avec les voix de Jean-Baptiste Charles, Olivia Bonamy, Xavier Fagnon…
Etats-Unis – Animation, Aventure
Sortie : 25 Novembre 2015
Durée : 94 min




Il y a 2 commentaires

Ajoutez le vôtre
  1. Mickael
    Ma fille et moi même avons bien aimé ce film d’animation… Réussi en effet, hautement dépaysant ! Merci pour ta critique et ta plume si élégante!

Laisser un commentaire