LA VÉRITÉ | Bande-annonce du film français de Kore-eda

Qui ?

Il était temps. Le japonais Hirokazu Kore-eda (Nobody knows, Tel père tel fils), cinéaste de l’élégance brossant des chroniques familiales avec une finesse incomparable, a décroché une Palme d’Or. Quelques jours seulement après la consécration, celui-ci a annoncé qu’il planchait sur son premier long-métrage français, La vérité, avec un casting très alléchant et hétéroclite : deux figures féminines du cinéma français (Juliette Binoche et Catherine Deneuve), un comédien imprévisible qui enchaîne autant les excellents choix d’auteur que les séries B dispensables (Ethan Hawke) et une actrice qui n’a jamais confirmé (Ludivine Sagnier).

Quoi ?

L’intrigue s’intéressera à Catherine (Deneuve donc), icône du cinéma et mère de Juliette (Binoche donc). La publication de ses mémoires ramène sa fille et sa famille des Etats-Unis dans la maison familiale. Les retrouvailles vont vite tourner à la confrontation : vérités cachées, rancunes inavouées, amours impossibles, tout se déballe sous le regard désabusé des hommes. Dans le même temps, Catherine tourne un film de science-fiction où elle incarne la fille âgée d’une mère éternellement jeune. Réalité et fiction se confondent obligeant mère et fille à se retrouver…

Le producteur français Vincent Maraval rapproche ce film de Boulevard du crépuscule de Billy Wilder, en ce qu’il traite « des mythes et de la réalité d’une actrice », a-t-il confié à Screen Daily.

Quand ?

Habitué à un rythme très régulier (presque un film par an), le cinéaste nippon a bouclé le tournage du film avant la fin de l’année 2018. Si l’on pouvait espérer une sortie en 2019, alors que Une affaire de famille (auréolé de la Palme d’Or) est sorti en décembre 2018, La vérité sortira finalement le 25 décembre 2019 et sera distribué par Le Pacte qui nous offre ainsi un beau cadeau de Noël.

Le film a fait l’ouverture de la Mostra de Venise.

Pourquoi ?

Il sera intéressant de voir si le réalisateur parvient à conserver toute la délicatesse et la poésie de son cinéma, teinté de tendresse et de drame, dans une production européenne et dans un contexte franco-américain.




Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de