THE GALLOWS

GALLOWS

1
Inconsistant

Dans une petite ville américaine, un accident se produit pendant le spectacle de fin d’année du lycée et fait plusieurs morts. Vingt ans plus tard, des lycéens du même établissement remontent la pièce, The Gallow (L’Echaffaud) pour rendre hommage aux victimes de la tragédie, mais découvrent qu’il vaut mieux parfois ne pas ressusciter les fantômes…

À se pendre.

Jason Blum a de quoi susciter l’admiration et l’agacement. On a d’abord envie de louer son flair pour les pitchs aguicheurs et sa maîtrise d’une recette – micro-budgets et acteurs aussi médiocres que le montant de leur cachet – prompte à engranger les dollars. Une science qui lui permet de financer des projets pas forcément réussis mais, du moins, plus audacieux (The Reader, Whiplash, la fiction HBO The Normal Heart…). Malgré tout, on commence à avoir ras-le-bol de ces livraisons quasi-mensuelles de séries-B feignasses se contentant de lâcher quelques jump-scares entre deux mouvements de caméra tremblotants. Même ceux qui, comme l’auteur de ces lignes, sont clients de la saga Paranormal Activity et de certaines autres productions Blumhouse (The Bay, Sinister, Unfriended…), finissent par éprouver une profonde lassitude à la découverte de certains de ces films sans saveur ni personnalité, pondus au kilomètre.

Gallows en est le parfait exemple. Quatre têtes-à-claques se retrouvent aux prises avec une pièce de théâtre maudite. Même le plus pacifiste des non-violents aura du mal à taire ses pulsions sadiques et espèrera que ces lycéens trépasseront rapidement dans d’atroces souffrances. Même en passant sur les nombreuses incohérences propres au found-footage lui-même (le métrage est présenté comme un document archivé par la police, les enquêteurs ont vraisemblablement poussé le zèle jusqu’à peaufiner son montage visuel et sonore), difficile de ne pas perdre patience devant ce film calibré pour un public ado peu regardant. Seule originalité : des séquences nous sont données à voir de deux points de vue différents, mais ça s’arrête là. Dès que le film pourrait commencer à sortir des rails, il retrouve illico le droit chemin de la banalité. Raccourci de cinq minutes, il aurait pu baisser le rideau sur un final un tant soit peu marquant. Or, en se poursuivant au cours d’un épilogue sur-explicatif (pour les teubés qui n’auraient pas compris le twist), il achève de nous convaincre de ne pas demander de rappel…

La fiche

thb_Gallows

GALLOWS
Réalisé par Travis Cluff, Chris Lofing
Avec Reese Mishler, Pfeifer Brown, Ryan Hoos, Cassidy Gifford…
Etats-Unis – Horreur
Sortie en salle : 22 Juillet 2015
Durée : 75 min

 




Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de