elleoscars

«Elle» risque de se prendre une fessée aux Oscars 2017

C’est officiel : Elle défendra les couleurs françaises dans la course à l’Oscar du meilleur film non anglophone. Ainsi en a décidé la Commission du CNC dans laquelle figure Thierry Frémaux, le directeur général du Festival de Cannes (tiens, tiens, le film de Paul Verhoeven concourait en mai dernier pour la Palme d’or…). La tragicomédie contemporaine portée par Isabelle Huppert, qui a trouvé dans le rôle titre sa meilleure partition des quinze dernières années (au moins), a été préféré à Frantz, aux Innocentes et à Cézanne et moi (ouf!). Mais la partie est loin d’être gagnée. L’Académie des Oscars choisira dans les prochains moins ses cinq chouchous parmi une liste de plus d’une centaine de candidats… Elle permettra-t-il à la France de décrocher le trophée qui lui échappe depuis le sacre d’Indochine en 1993 ? Au Bleu du miroir, on aurait tendance à répondre non et voici pourquoi… 

Elle n’est pas consensuel

Elle est le film clivant par excellence et ce n’est pas au Bleu du miroir qu’on vous dira le contraire : la rédaction est fortement divisée au sujet du film de Paul Verhoeven. On ne vous parle pas d’une gentille guéguerre entre ceux qui pensent que le film est « bien » et ceux qui le trouvent « bof bof », mais bien d’une bataille entre ceux qui crient au génie et ceux qui balanceraient volontiers le film dans les orties avec mémé, le bébé et l’eau du bain. Pour ses détracteurs, Elle est un long-métrage misogyne, qui participe de la culture du viol. Pour ses laudateurs, il s’agit d’une farce brillante, troublante et perturbante dont le réalisateur néerlandais a le secret. Au Festival de Cannes, le film n’a pas davantage fait l’unanimité, que ce soit du côté des critiques ou du jury qui l’a « oublié » à l’heure du palmarès. Connaissant le conservatisme de l’Académie des Oscars, on doute qu’elle accueille à bras ouvert une oeuvre aussi sulfureuse.

Hollywood n’est pas fan de Paul Verhoeven

Le « Hollandais Violent » comme certains le surnomment a eu sa période « américaine » au cours des années 1990. Il a su imposer sa patte subversive, parfois sur des malentendus. Robocop (1987) ou Basic Instinct (1992) ont par exemple été bien reçus aux Etats-Unis. En revanche, Showgirls (1995) ou Starship Troopers (1997) n’ont pas manqué de se faire dézinguer. Ils ont été vus par beaucoup au premier degré alors qu’une lecture bien plus corrosive, au second degré, était nécessaire. Le premier écorche au scalpel kitsch le rêve américain quand le second se moque ouvertement du patriotisme forcené du pays de l’Oncle Sam. Les plus terre à terre ne sont pas allés chercher plus loin et se sont contenter de traiter Paul Verhoeven de misogyne et de fasciste. Et ça laisse des traces. Depuis le bide Hollow Man (2000), le néerlandais est revenu poser ses caméras dans la vieille Europe, signant notamment un thriller historique d’une cruauté vertigineuse (Black Book, 2006) et donc un Elle bien malaisant égratignant un certain milieu petit bourgeois bien français. On voit difficilement comment le cinéaste pourrait retrouver grâce aux yeux d’un public américain qui ne le comprend pas.

La concurrence sera rude

Quelque 80 pays ont soumis leur candidat ou sont sur le point de le faire. Mais le 26 février prochain, seuls cinq longs métrages seront en lice pour l’Oscar du meilleur film non-anglophone… Pour figurer dans la shortlist, Elle devra donc s’imposer face à de sérieux concurrents. Parmi eux, citons, pèle-mêle Toni Erdmann (Allemagne), Julieta (Espagne), Juste la fin du monde (Canada), Ma vie de Courgette (Suisse), Les Ardennes (Belgique)… L’Italie, elle, sera en compétition avec Fuocoammare, un documentaire sur la crise des migrants à Lampedusa – un sujet en plein dans l’actualité qui pourrait séduire les bonnes consciences hollywoodiennes. Le film de Gianfranco Rosi a reçu l’Ours d’or au dernier Festival de Berlin et ça pourrait aussi jouer dans l’esprit des votants.




0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Emmanuelle
Emmanuelle
3 années il y a

On le surnommait le Hollandais violent, il me semble.

2
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x