still_Wildlife

WILDLIFE – UNE SAISON ARDENTE

Essai réussi

Dans les années 60, Joe, un adolescent de 14 ans regarde, impuissant, ses parents s’éloigner l’un de l’autre. Leur séparation marquera la fin de son enfance.

Ma saison préférée.

Toujours particulièrement délicate, l’aventure du premier film est l’ineffaçable carte de visite d’un jeune réalisateur souvent hanté par l’urgence de porter à l’écran un projet mûri de longue date. De ce paradoxe infernal où les plus vieilles idées sont parfois narrées avec une fougue et une immaturité désarmantes, bon nombre de cinéastes extirpent des propositions inégales, clouées sous le poids d’une envie enterrant la retenue et l’élégance.  Avec son adaptation du roman de Richard Ford, Une Saison ardente, Paul Dano vient réhabiliter ces deux belles qualités en prenant le contre-pied des extravagances inaugurales pour façonner un cinéma de la force tranquille que ne renierait pas un certain Jeff Nichols.

L’enjeu était pourtant double pour l’acteur de Little Miss Sunshine ou There Will Be Blood qui devait, tout d’abord, réussir son essai mais aussi affronter la douloureuse expérience du passage derrière la caméra. Après les tentatives plus (Ryan Gosling et Lost River) ou moins (Joseph Gordon-Levitt et Don Jon) concluantes d’autres interprètes de sa génération, Paul Dano s’est attaché à affiner les moindres contours de son récit afin de le laisser se déployer dans un poignant mélange d’humilité et d’audace. Bien sûr, les hésitations sont légion mais l’application d’une mise en scène qui touche systématiquement juste et la succession de références picturales (notamment à Edward Hopper) donnent au film une petite musique suffisamment singulière pour séduire.

Carey Mulligan et Jake Gyllenhaal dans Wildlife
Il y a, dès lors, une affection de tous les plans pour des protagonistes libérés des archétypes, à présent prêts à exister en figures étonnamment modernes et réalistes. Quasiment pensé comme le pendant adolescent du comédien, le personnage d’Ed Oxenbould voit le mariage de ses parents imploser et le rassurant cocon familial voler en éclats tandis qu’il entre progressivement dans l’âge adulte. Paul Dano ne le lâchera pas d’une semelle, épousant même son point de vue et ses ressentis dans des séquences où il n’intervient qu’au second plan. À la fois héros et observateur, il sera le témoin privilégié des remises en question d’une middle class américaine en pleine quête d’émancipation.

Tel son réalisateur, Wildlife cultive la modestie et la subtilité, tout comme le choix perpétuel de l’exigence. Se révélant en excellent directeur d’acteurs, Paul Dano offre ainsi de superbes rôles à Carey Mulligan et Jake Gyllenhaal qui retrouvent les sommets après une période moins faste pour l’un comme pour l’autre. Ensemble, ils parviennent à atteindre miraculeusement une prestance de jeu qui ne confond jamais l’exaltation de la performance et la pertinence du détail. À l’image d’un plan final impressionnant de beauté qui rassemble tout ce que le film a développé jusqu’ici : une pudeur et une émotion qui refusent de se dérober face à l’inéluctable.

La fiche
wildlife book

WILDLIFE – UNE SAISON ARDENTE
Réalisé par Paul Dano
Avec  Ed Oxenbould, Carey Mulligan, Jake Gyllenhaal…
Etats-Unis – Drame

Sortie : 19 décembre 2018
Durée : 104 min




1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Chanal Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Chanal
Invité
Chanal
Je viens de voir wildife , j’ai été très ému par les différentes performances des acteurs , surtout Oxenbould!
D’une très grande justesse , la caméra de Paul Dano obéit à son maître au plus près des visages , je pense que Paul Dano est le nouveau Clint Eastwood .