featured_My-lady

MY LADY

Dilemme moral

Faut-il obliger un adolescent à recevoir la transfusion qui pourrait le sauver ? Fiona Maye, Juge de la Haute Cour, décide de lui rendre visite, avant de trancher. Leur rencontre bouleversera le cours des choses.

De la puissance des non-dits.

L’écrivain britannique Ian McEwan s’inspire de son roman The Children Act, qui se réfère à la loi de 1989 définissant les modalités de protection des enfants en Grande-Bretagne, pour signer le scénario du dernier né de Richard Eyre, My Lady qui met à l’honneur Emma Thompson. Un jeu subtil tout en retenue qui, d’un simple regard, arbore la sagesse d’une vie. L’actrice porte à bout de bras ce drame judiciaire classique mais qui pose des questions essentielles : faut-il mettre l’intérêt de l’enfant au-dessus de toutes autres considérations morales, religieuses ou politiques ? Qu’en est-il de son libre arbitre alors que quelques mois seulement le séparent de la majorité civile ?

Empreint de dilemmes moraux qui ne cessent de régir et d’interroger le système judiciaire personnifié dans le personnage de la juge Fiona Maye, le film prend néanmoins rapidement d’autres directions s’intéressant notamment à la difficulté pour les femmes de mener de front carrière et vie personnelle. Fiona est brisée entre un mari aimant, mais délaissé, et le poids des décisions qui composent son quotidien. Au plus proche des protocoles judiciaires, My Lady se veut un témoin intemporel de notre humanité.

Fionn Whitehead, jeune révélation du Dunkerque de Christopher Nolan, et le brillant d’humanisme Stanley Tucci viennent clôturer avec justesse un casting déjà impeccable. On regrettera les violons et piano qui, sans cesse, viennent appuyer le jeu d’Emma Thompson, tandis que celui-ci se passerait bien de ses artifices, exacerbant la tendance mélodramatique du métrage.

Aucune révolution cinématographique, mais un portrait dense et délicat d’une femme en perte de repères.  Que ce soit au travers de la science, d’une religion ou d’une idée fondatrice, on est tous les enfants d’une croyance. La perte dans ces fondamentaux peut-être aussi destructrice que libératrice. Croire en qui, en quoi ? C’est tout le propos du nouveau métrage de Richard Eyre qui évite l’écueil d’une réponse manichéenne.

La fiche

MY LADY
Réalisé par Richard Eyre
Avec Emma Thompson, Stanley Tucci…
Grande-Bretagne – Drame judiciaire

Sortie : 1er août 2018
Durée : 105 min




Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de