featured_Love-hunters

LOVE HUNTERS

Sauvage

Australie, été 1987. Un soir, alors que la jeune Vicki Maloney se rend à une soirée, elle est abordée dans la rue par Evelyn et John White, deux trentenaires qui l’invitent chez eux. Sur place, elle comprend qu’elle est tombée dans un piège. Séquestrée, sa seule chance de survie sera d’exploiter les failles du couple…

Salaud(s).

Pour son exploitation française, Hounds of love a été traduit « Love hunters », appauvrissant au passage les nombreuses connotations autour de l’appellation originale. Dans Hounds of love, l’homme est un loup. Un loup qui chasse en meute.

Love hunters transpire cette noirceur du cinema criminel australien contemporain. Promptement, Ben Young saisit la gorge du spectateur avec l’habilité d’un prédateur guettant sa proie avant de l’étouffer. De temps à autre, il desserre légèrement son emprise pour reprendre de plus belle, torturant psychologiquement et physiquement ses victimes et complices, sur et face à l’écran.

Le pitch demeure plutôt classique en l’état mais sa remarquable stylisation et son angle particulier lui apportent un intérêt plus singulier, engageant une plongée pesante dans les tourments de l’âme humaine – nous resterons avares en détails afin de le préserver. Enfin, la force du thriller tient aussi à la puissance du salaud au coeur de l’intrigue, ici d’ampleur assez inouïe. Sadique et manipulateur, il n’a de cesse de susciter l’abjection. Mais celui-ci vient avec son bras droit : son amante. Presque aussi fascinante. Young esquisse un portrait complexe, ne masquant ni la part de démence, ni celle d’humanité. La prestation épatante d’Emma Booth achève de donner vie à ce monstre de rancoeur, d’envie et de soumission.

N’excusant rien et ne refusant presque aucun compromis, Young fait preuve d’une confiance en son art forçant l’admiration, sans tomber dans le sensationnalisme ou le torture-porn. Comme Trey Shults a su, lui aussi, si bien le faire avec It comes at night récemment, la brutalité de son polar s’émancipe des plans généreux en hémoglobine pour privilégier une peur moins frontale, rendant l’horreur qui se joue derrière certaines portes fermées encore plus terrifiante. Une virée sauvage que vous n’êtes pas prêts d’oublier.

La fiche

LOVE HUNTERS
Réalisé par Ben Young
Avec Ashleigh Cummings, Emma Booth, Stephen Curry…
Australie – Thriller
Sortie: 12 juillet 2017
Durée : 108
 min




Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre