featured_les-noces-rebelles

LES NOCES REBELLES

Dans l’Amérique des années 50, Frank et April Wheeler se considèrent comme des êtres à part, des gens spéciaux, différents des autres. Ils ont toujours voulu fonder leur existence sur des idéaux élevés. Lorsqu’ils emménagent dans leur nouvelle maison sur Revolutionary Road, ils proclament fièrement leur indépendance. Jamais ils ne se conformeront à l’inertie banlieusarde qui les entoure, jamais ils ne se feront piéger par les conventions sociales. Pourtant, malgré leur charme et leur insolence, les Wheeler deviennent exactement ce qu’ils ne voulaient pas : un homme coincé dans un emploi sans intérêt ; une ménagère qui rêve de passion et d’une existence trépidante. Une famille américaine ordinaire ayant perdu ses rêves et ses illusions. Décidée à changer de vie, April imagine un plan audacieux pour tout recommencer, quitter leur petite routine confortable dans le Connecticut pour aller vivre à Paris…

Critique du film

Après JarheadLes Sentiers de la Perdition et le chef d’œuvre American Beauty, Sam Mendes signe avec Les noces rebelles son quatrième film, adapté d’un roman acclamé de Richard Yates. Pour incarner le couple des Wheeler, il réunit un couple mythique auréolé d’un certain succès sur grand écran une dizaine d’années auparavant – avec un certain Titanic. Mais Revolutionary Road (les Noces Rebelles en France) ne vaut pas qu’on le compare au champion du box-office même s’il est, comme le monument de James Cameron, un véritable grand film passionnant à explorer.

Porté par une Kate Winslet au firmament, dirigée par son époux de l’époque (Mendes), faisant clairement de l’ombre à son partenaire à l’écran Leonardo DiCaprio, pourtant pas en reste, Les noces rebelles raconte le naufrage progressif d’un couple enfermé dans une vie banlieusarde confortable et routinière. April et Frank Wheeler se rendent compte, après quelques années de mariage, qu’ils ne sont pas heureux et qu’ils ont oublié ce qui les caractérisait lorsqu’ils se sont rencontrés. Afin de retrouver l’essence de vie qui leur fait défaut, April propose alors à Frank de s’installer à Paris. Cette suggestion n’est ni anodine ni exprimée tel un credo romantique, mais bien la manifestation d’un sentiment d’étouffement et de lassitude.

(Im)possibilité

Paris devient alors une possibilité, celle d’une existence qui la (les) ferait vibrer, où l’imprévisible deviendrait un moteur et non un motif d’appréhension. Son époux, Frank, parait emballé et même soulagé, lui qui s’ennuie ferme dans un boulot bureaucratique sans intérêt et perçoit en ce départ pour l’Europe l’option d’un renouveau pour son couple et l’opportunité de s’accomplir professionnellement dans une voie qui lui conviendrait mieux. Les étoiles semblent s’aligner et le couple se retrouve, plus soudé et passionné que jamais. Mais une double nouvelle vient freiner leur élan et éteindre la flamme renaissante : April est enceinte et, de son côté, le patron de Frank lui propose une promotion. Leur projet de déménagement prend du plomb dans l’aile quand Frank se retrouve tiraillé entre ses désirs d’évasion et l’apparat social, entre le besoin d’accomplissement et la tentation d’une vie matérielle confortable.

Superbement photographié (par le maître Roger Deakins…), remarquablement écrit et mis en scène, le long-métrage de Mendes fait la part belle à ses deux comédiens, magistraux, mettant à nu leurs doutes, leurs frustrations et leurs craintes. Les noces rebelles questionne fondamentalement le diktat social, le dogme marital et les désirs individuels d’émancipation. Ces derniers sont-ils compatibles avec une vie de couple ? Et il y a aussi dans ce personnage d’Alice quelque chose d’éminemment moderne et passionnant. Kate Winslet et Sam Mendes composent un remarquable portrait de femme, aspirant à d’autres horizons que celle de la ménagère en banlieue, à l’étroit dans sa garde-robe proprette, et souhaitant disposer de son destin et de son corps comme elle l’entend. 

Alors que les couples se séparent désormais plus promptement dès lors que les chemins d’accomplissement de chacun deviennent incompatibles, Les noces rebelles interroge les idéaux existentiels au-delà du noyau conjugal, lorsqu’il s’agit – au cours de la trentaine – de réaliser la vie que l’on aspire à mener, les rêves qu’il devient raisonnable d’abandonner, les désirs qu’il est toujours temps de satisfaire et les frustrations ne peuvent être combattues.

En 2009, Sam Mendes signait avec Les noces rebelles un second grand morceau de cinéma. Un drame conjugal, ambitieux, complexe et puissant, de cette trempe de films que l’on accueille individuellement, et dont on retire son propre sens sur l’amour, le pardon, la colère, l’enfermement, la solitude et l’impuissance.


Disponible sur Netflix


Chaque jour, dans les Séances Buissonnières, un membre de l’équipe vous recommande un film disponible actuellement en VOD / SVOD.




22
Poster un Commentaire

avatar
17 Fils de commentaires
5 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
13 Auteurs du commentaire
FredShinChonchonseleniePinkSataniste Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
trackback
[…] qu’il est capable de performances exceptionnelles comme dans Revolutionary Road (a.k.a Les Noces Rebelles). Pour résumer, à chaque nouveau film de Martin Scorsese, je me dis que le sujet a de quoi […]
Caro
Invité
Je l’ai vu hier… et c’est tout simplement sublime. Winslet et Dicaprio forment un duo bouleversant et très réaliste. Tout est dans le subtil. On devine la douleur de ce couple dès le départ, la mélancolie et le déchirement sont visibles. L’histoire est servie par de superbes plans, Sam Mendes a un style bien à lui qui rend chaque scène une petite perle. L’ensemble est donc percutant de bout en bout et je suis persuadée que tu vas adorer !

POSTÉ PAR CARO, 27 DÉCEMBRE 2008 À 12:40

Lydia
Invité
J’attends ce film avec une impatience… tu peux pas savoir!!

Privilégiée? Il est sorti aux USA c’est certainement pour cela.

POSTÉ PAR CINNAMONLY, 02 JANVIER 2009 À 22:52

Dasola
Invité
Bonsoir Wilyrah, j’ai failli le voir en AP (hier soir) mais je n’ai pas pu. J’irai d’ici le week-end car cela m’intrigue de voir Leonardo et Kate plus de 10 ans après le Titanic et Sam Mendes est à l’aise dans la description de l’Amérique proprette, de gens qui ont une vie toute traçée et qui passe à côté de leur rêve. Si c’est aussi bien qu’American Beauty, cela va être bien. Bonne fin d’après-midi.

POSTÉ PAR DASOLA, 21 JANVIER 2009 À 17:56

Eric
Invité

hello ! tu as raison, effectivement j’ai lu le livre il y’a un bout de temps maintenant aussi c’est avec un peu d’apréhension que j’y vais ce soir ! Sam Mendes me rassure. Pour Slumdog, je ne pense pas que tu l’apprécie autant que moi lol, je commence à connaitre les films ou tu peux être plus indulgent que moi (qui a a hurlé Harry Potter au fond ? ) et vice versa. Je pense que je lui ai accordé la meilleure note car vraiment emballé, c’est la note du coeur quoi (oui, j’en ai un.) Je pense que sa… Lire la suite »

Benoit
Invité

Salut, j’ai été le voir hier. Je dois dire que j’ai beaucoup apprécié. Toutefois, je ne lui mettrai pas une cote aussi haute et je ne retirerai certainement pas « des points » sur la mise en scène et la photographie qui est absolument superbe. Ce qui m’a bien plus dérangé dans ce film, c’est qu’il faut bien avouer qu’on se retrouve devant un American Beauty, version années 50. Critique acerbe de l’Amérique, réalisée de manière remarquable il est vrai. Mendes est très doué certes, mais à certains moments, j’avais l’impression de revoir American Beauty. Les deux acteurs sont remarquables, surtout Di… Lire la suite »

Cinnamonly
Invité

Je suis spécialement venue sur ton blog pour lire ta critique du film que j’ai vu hier soir. Je suis tout à fait d’accord avec toi, c’est un grand film, mais qui ne sera pas forcément inoubliable. Le duo Winslet-Dicaprio est géniallissime, il y a vraiment une grande alchimie entre ces deux grands acteurs de talent. D’ailleurs, dommage qu’aucun des deux n’ai été nominé aux Oscars pour leur rôle dans ce film. Et puis il faut dire que l’esthétisme du film est magnifique et le scénario porte le téléspectateur. Par ailleurs, la « morale » de l’histoire si on peut l’appeler comme… Lire la suite »

Shin
Invité

Bonjour Wilyrah, Comme « There will be blood » l’année passée, j’aurais vraiment voulu aimer ce film. Mais comme « There will be blood » l’année passée, je n’ai pas accroché plus que ça (même si je préfère quand même « Les Noces Rebelles »). Je ne dis pas que le film de Sam Mendes soit mauvais, mais seulement qu’il ne m’a jamais véritablement touché. Aucune émotion ne s’en dégage et ça ressemble trop à un « American Beauty » old-school ; l’ironie mordante en moins. Après, l’interprétation est remarquable (c’est déjà le cas du film de Paul Thomas Anderson), mais je n’en garderai pas un souvenir impérissable.… Lire la suite »

Djedje
Invité
Djedje

Et bien je suis 100% d’accord avec Shin (pour There will be blood, ou je ne vois pas pourquoi on crie au génie, car l’histoire est quand même bof bof, ainsi que pour Les noces Rebelles que j’ai apprécié mais pas adoré, un film sympa quoi) Par contre, je ferais une critique sur Leornardo Di Caprio que je n’ai pas trouvé si crédible que ca dans le film, à cause de son visage poupon. Ca m’a pas mal agacé pendant tout le film quand même. Enfin bon, pas de surprise Wily, normal que tu es aimé et que je n’ai… Lire la suite »

PinkSataniste
Invité

Je vous rejoins encore sur de nombreux points. Et si, c’est un grand film, qui ne s’oublie pas et semble gagner en valeur après sa découverte (le revoir ?), à l’instar de Benjamin Button qui reste cependant pour moi une semi-déception. Ces « Noces rebelles » réussissent d’ailleurs peut-être ce que le précédent ne parvient pas à exprimer au-delà de son classicisme formel, soit de voir en ce couple un reflet universel ; aspirer à la grande vie, pas celle ou se confond dans le luxe mais celle ou on jouit d’une liberté totale et sans entraves, pour finalement vivre avec ses… Lire la suite »

selenie
Invité
Un magnifique film, Sam Mendes est un grand, chaque film est une oeuvre magnifique. Avec ce film il signe une tragédie intelligente et juste. Juste un petit bémol pour les 5 premières minutes… 4/4
Chonchon
Invité
Punaise… depuis le temps que je veux le voir, celui-là ! J’adore Sam Mendes, j’adore Leo et Kate… Faut que je me le prenne en DVD, c’est plus possible !
trackback
[…] A l’origine du projet il y a en effet celle qui s’était faite remarquer dans le drame Les Noces Rebelles et plus récemment dans le premier long-métrage de Josh Radnor, HappyThankYouMorePlease. Elle a […]
trackback
[…] des plus grands réalisateurs du monde, Sam Mendes (American Beauty, Les Sentiers de la perdition, Les noces rebelles…). Pour la première fois, 007 s’offre donc un metteur en scène de génie, un artiste […]
trackback
[…] réalisateurs du monde aux manettes : Sam Mendes (American Beauty, Les Sentiers de la perdition, Les noces rebelles…). Pour la première fois, 007 s’offre donc un metteur en scène de génie, un artiste […]
Shin
Invité
Bizarrement, je trouve au contraire que Les Noces Rebelles est, de loin, le plus mauvais (et le plus insupportable) des films de Sam Mendès…

http://shin.over-blog.org/m/article-27264395.html

Fred
Invité
Je n’avais aps du tout aimé…Il faudrait que je le revois…