featured_Les-garçons-sauvages

LES GARÇONS SAUVAGES

Politique et poétique

Début du XXe siècle, cinq adolescents de bonne famille épris de liberté commettent un crime sauvage. Ils sont repris en main par le Capitaine, le temps d’une croisière répressive sur un voilier. Les garçons se mutinent. Ils échouent sur une île sauvage où se mêlent plaisir et végétation luxuriante. La métamorphose peut commencer…

Ils désertent.

Sur le papier, Les Garçons sauvages s’annonce comme une robinsonnade à la Sa majesté des mouches. Il y a de ça, mais la véritable aventure se trouve ailleurs : dans son exploration de la question du genre et dans ses incursions à travers une vaste fantasmagorie érotique. Expliquons nous.

Les garçons sauvages annoncés par le titre sont tous incarnés par des actrices. Les comédiennes deviennent des figures androgynes et créent le trouble dans le regard des spectateurs : le masculin et du féminin se mêlent, s’amalgament et se brouillent. Il y a de quoi être pris de vertige si l’on s’arrête quelques instants pour se demander ce que l’on voit : des garçons ? Des garçons incarnés par des filles ? Des actrices disparaissant derrière leur personnage ? Ou l’inverse ? Tout à l’image bouscule les stéréotypes et interroge notre perception. Et si l’approche binaire masculin / féminin relevait de l’illusion ? Les perspectives sont ouvertes.

Le scénario lui-même conduit les personnages vers une métamorphose où s’entrecroisent et se confondent les identités de genre et les orientations sexuelles. L’univers esthétique que construit Bertrand Mandico multiplie les symboles phalliques, les accents onirique et exhale une sensualité à couper au couteau. On n’avait pas vu de parti-pris visuel aussi audacieux – et sans doute clivant – dans le cinéma français depuis Les rencontres d’après minuit de Yann Gonzalez, en 2013.

Le résultat est poétique tout autant que politique dans sa manière de déconstruire, dans la moiteur hédoniste où la violence semble engourdie, la masculinité toxique. Le tout pour paraphraser librement Aragon : la femme est le devenir de l’homme. 

La fiche
garçons sauvages affiche

LES GARÇONS SAUVAGES
Réalisé par Bertrand Mandico
Avec Pauline Lorillard, Vimala Pons, Diane Rouxel…
France – Fantastique

Sortie : 28 février 2018
Durée : 110 min




0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x