still_thisisengland

THIS IS ENGLAND

1983. Shaun, 12 ans, habite avec sa mère dans une ville côtière du nord de l’Angleterre. Garçon solitaire, c’est pour lui le début des vacances d’été, lorsqu’il rencontre un groupe de skinheads locaux. Avec eux, Shaun découvre le monde des fêtes, du premier amour et des bottes Doc Martens. Le ton change quand Combo, un skinhead raciste et plus âgé, sort de prison. Alors que sa bande harcèle les communautés étrangères locales, Shaun va subir un rite de passage qui le sortira violemment de l’enfance.

Une jeunesse anglaise.

     Sur fond de rite initiatique, This is England suit l’histoire d’un petit bonhomme brittanique de douze ans, orphelin de son père décédé récemment à la guerre. Dans une ville ouvrière, il reste seul avec sa mère et ne trouve pas sa place. Pire, il est souvent raillé à l’école où il est l’objet de moqueries sur ses tenues vestimentaires, ou plus cruellement, sur son père disparu. En quête d’une nouvelle figure paternelle, il sera pris sous son aile par le sympathique et attachant Wood, qui mettra un point d’honneur à redonner un peu la joie de vivre à ce gosse isolé.

    Rythmé par une formidable et judicieuse bande originale, on se laisse happer par le film de Shane Meadows. Avec tendresse et dureté, émotion et humour, il dresse le portrait d’une bande d’amis skinheads, pacifistes et déconneurs, qui n’ont pas froid aux yeux.

    Cependant, les dérives de certains vont scinder le groupe en deux, laissant place à une mouvance plus nationaliste et radicale. Le film bascule alors dans un aspect plus inquiétant et Shaun, touché en plein coeur dans son deuil paternel, va se laisser entraîner vers des idées nationalistes et extrêmistes. Si l’on est souvent choqué par les propos tenus par certains ou par les actes révoltants qu’ils commettent, on comprend cette jeunesse perdue et désespérée qui ne parvient à exprimer sa colère et ses maux autrement que par l’envie, la peur de l’étranger et la violence, comment les partis nationalistes se nourrissent de la misère sociale pour donner corps à leurs groupuscules.

    Les interprètes, pour la plupart débutants, sont à féliciter pour leur sincérité et leur talent autour de la remarquable performance du jeune Thomas Turgoose qui crève véritablement l’écran. Du haut de ses treize ans, il fait preuve d’une matûrité impressionnante et à lui seul mérite le détour. Focalisé sur la trajectoire de Shaun, This is England parle de tolérance, de prolétariat, de solidarité, de xénophobie, de pauvreté, de famille, d’isolement, de la guerre, du deuil et de l’enfance sans repères. Son auteur signe là un film fort.

    Avec simplicité, modestie mais un investissement personnel indéniable, Shane Meadows nous ramène outre-manche aux années Thatcher pour un film quasi-documentaire décodant les codes et pensées de ce mouvement dont on fait trop facilement l’amalgame avec d’autres communautés fondamentalement opposées. En évitant toute approche moralisatrice, il laisse ainsi au spectateur le libre regard sur chacun des protagonistes et de la situation politique de l’époque et nous quitte sur un final émouvant qui vous accompagnera bien après que les lumières ne se rallument.

star_3

SHANE MEADOWS | UK | 97 MIN | 10 OCTOBRE 2011 | THOMAS TURGOOSE, STEPHEN GRAHAM, JOE HARTLEY



6
Poster un Commentaire

avatar
6 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
4 Auteurs du commentaire
STARRED UP – LES POINGS CONTRE LES MURS | LE BLEU DU MIROIR | DE FILMS EN AIGUILLES : CRITIQUES CINEMA[critique] BROKEN **** « LE BLEU DU MIROIR | DE FILMS EN AIGUILLES : CRITIQUES CINEMAtinalakillerJadeEric Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Dasola
Invité
Je suis contente que le film t’ai plu. C’est un des films à voir en 2007. J’ai surtout aimé les personnages qui ne sont pas caricaturaux, il n’y pas de « gentils » et de « méchants ». Ils ont tous leurs félures.
Eric
Invité
Je ne suis ON NE PEUT PLUS d’accord avec toi. This is England va surement terminer dans mon top 10 2007. J’ai adoré !
Jade
Invité
Formidable film qui doit beaucoup au talent du petit Thomas et à son émouvante histoire, intéressant aussi par son côté documentaire qui nous fait voir de l’intérieur comment la misère et les frustrations qu’elle engendre font le lit de la haine et de la violence.
tinalakiller
Invité
un excellent film!
trackback
[…] d’un cinéma anglais qui parvient souvent à les associer avec réussite (Tyrannosaur, This is England ou Boy A justement). Rufus Norris n’a d’ailleurs pas grand chose à envier à ses […]
trackback
[…] prometteur déjà repéré dans la série Skins, mais aussi les longs-métrages Eden Lake ou encore This is england. L’acteur, qui sera d’ailleurs la tête d’affiche du prochain film […]