MISE À MORT DU CERF SACRÉ | Bande-annonce

Les Animaux Fantastiques, le nouveau blockbuster de l’univers Harry Potter aura au moins eu un point positif : son casting. Un avantage indirect, certes, mais consistant, puisqu’au détour de quelques unes des nombreuses interviews qu’il a accordées aux journalistes durant la tournée du film, Colin Farrell a eu le temps de s’épancher sur son rôle dans The Killing Of A Sacred Deer, le nouveau film du réalisateur grec Yorgos Lanthimos avec une traduction VF aussi bizarroïde que charismatique : Mise à mort du cerf sacré.

Encore plus bizarre que The Lobster

Révélé par Canine en 2009 et fort du succès critique de son dernier film The Lobster, le public a progressivement découvert l’univers mystique, burlesque et social de Lanthimos. Visiblement, le courant est plutôt bien passé entre l’Irlandais Colin Farrell et son metteur en scène, puisque celui-ci a rapidement rempilé pour un nouveau rôle auprès du cinéaste grec. Les voilà donc main dans la main depuis le début de l’année 2016, travaillant ensemble sur The Killing Of A Sacred Deer.

Thriller psychologique teinté d’une touche de fantastique dont la portée est encore confidentielle, Colin Farrell campe le rôle d’un chirurgien dont le destin tranquille est chamboulé par un adolescent turbulent (Barry Keoghan), le forçant à partager et à essayer de canaliser le fardeau d’une terrible vengeance. Le tout sous couvert d’une atmosphère teintée de tragédie grecque et d’un décalage entre la gravité des enjeux et la naïveté des personnages qui ont fait de la signature Lanthimos une patte unique.

Ce que je peux dire, c’est que c’est encore plus bizarre que The Lobster. [The Killing Of A Sacred Deer] m’a semblé encore plus sombre. Le script était extraordinaire, travailler une nouvelle fois avec Yorgos, c’est incroyable… Le film ouvre à tant d’interprétations différentes. Mais Yorgos a une vision si particulière, il est tellement clinique dans sa direction. Il est réellement maître de son art. […] Le film se déroule dans le monde contemporain, aux Etats-Unis. Il y a des hôpitaux et des restaurants, des parcs, des choses que l’on reconnaît et auxquelles on s’identifie, et pourtant on y trouve aussi un tas de bizarreries dans toutes les interactions présentes. Le script était déroutant. J’en ai eu un peu la nausée après l’avoir lu.

– Colin Farrell

Kidman & Silverstone en surprises du chef

Colin Farrell ne sera pas la seule star du film. Au début de l’été, c’est d’abord le nom de Nicole Kidman qui est annoncé pour agrémenter le casting. L’actrice australienne joue l’épouse de Farrell. Autre comédienne présentée, dont le retour n’est pas sans susciter une légère surprise : Alicia Silverstone, égérie des 90’s rapidement enterrée par la presse people (Clueless, Batman & Robin), jouera la mère de l’adolescent. Pour compléter le tableau, Raffey Cassidy, Bill Camp et Sunny Suljic ont également été castés dans des rôles encore confidentiels.

Au scénario, le duo Efthymis Filippou et Lanthimos ne se quitte pas d’une semelle. On ne change pas une équipe qui gagne. Entré en production à la fin du mois d’août, The Killing Of A Sacred Deer sera distribué sur le sol américain par A24. En France, c’est Haut et Court qui a pris en main le dossier pour offrir aux spectateurs une nouvelle dose de la vision unique du cinéaste grec dès le 1er novembre 2017.

Mise à jour : le film vient d’être sélectionné pour le 70e festival de Cannes et sortira en salles le 1er novembre 2017.

 




Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de