featured_the-wonder

THE WONDER

En 1862, 13 ans après la Grande Famine. Lib Wright, infirmière anglaise, est appelée dans les Midlands irlandais par une communauté dévote pour passer 15 jours au chevet de l’une des leurs. Anna O’Donnell est une jeune fille de 11 ans qui prétend ne rien avoir mangé pendant quatre mois et avoir survécu par miracle. Alors que la santé d’Anna se détériore rapidement, Lib est déterminée à découvrir la vérité, bousculant la foi d’une communauté qui préférerait s’en tenir à ses croyances.

Critique du film

19e siècle, alors que les Irlandais tiennent les Anglais pour responsables de la famine qui a sévi dans le pays, une infirmière anglaise (Lib Wright) arrive dans un village qui attendait impatiemment sa venue. Accueillie par un comité auto-proclamé d’hommes influents, elle se voit préciser sa mission. Elle devra prendre soin d’Anna, une fillette de onze ans qui refuse de se nourrir depuis quatre mois. À l’issue de sa période d’observation, il lui faudra livrer ses conclusions.

Que se passe-t-il avec cette enfant dont le cas attire l’indiscrétion des journalistes et de la population locale ? Comment peut-elle survivre sans manger depuis quatre mois ? Par quel miracle est-ce bien possible ? La fillette suscite l’intérêt, la fascination parfois. Elle reçoit des visites, d’habitants superstitieux et curieux qui ont vite fait de la qualifier de « merveille » (The wonder). Alors que la nurse fait connaissance avec l’enfant et sa famille, elle commence à recueillir quelques éléments et à en rendre compte, sous la pression du comité l’enjoignant à prouver que cette affaire n’est qu’une supercherie.

Importunée régulièrement par ces visites, l’enfant a selon elle besoin de calme et de repos pour sa propre santé et pour que l’observation soit concluante. Lib ne voit donc pas forcément d’un bon oeil l’arrivée de ce journaliste londonien campé par Tom Burke (True things, The souvenir), qui pourrait cependant devenir l’un de ses rares alliés dans sa quête de la vérité. Dans cette entreprise, et afin de créer une relation de confiance avec Anna, Lib lui dévoile quelques détails de sa vie personnelle (elle est veuve et n’a plus de famille) et, ensemble, elles s’attribuent des surnoms. Lib (Elizabeth) s’attache à la petite fille et craint pour son bien-être médical et psychologique. Elle découvre que la famille a perdu un enfant, un garçon dont Anna conserve précieusement une mèche de cheveux. Que lui est-il arrivé ? Quelle est cette omerta qui semble régner dans la famille autour de la perte de ce garçon ?

The wonder film

In Absentia

Adapté d’un roman d’Emma Donoghue (à qui l’on devait déjà Room, porté à l’écran par Lenny Abrahamson), The Wonder du chilien Sebastián Lelio (Désobéissance, Gloria Bell) mise avant tout sur la narration et le rapport à la foi. La foi religieuse, mais également celle placée dans le récit, celui que l’on découvre en tant que spectateur du film (qui l’interpelle d’emblée dans un prologue en voix-off qui brise le 4e mur), mais aussi le récit qui est nourri par les protagonistes alors que l’infirmière, rationaliste affirmée, tente de dénouer l’énigme au sein de cette communauté prompte à croire aux miracles divins.

Porté par la partition inquiétante du compositeur Matthew Herbert, le cadre rustique de la campagne irlandaise et ses fulgurances d’imagerie horrifique, The Wonder soigne particulièrement son ambiance étrange pour nous immerger dans ce tableau fantomatique, entre âmes perdues, secrets inavouables et maltraitance infantile. Lelio déroule doucement sa tragédie et son étude de personnage(s), avec une belle gestion du rythme conférant à son film un sentiment d’urgence latente comme il a toujours su si bien le faire, déjouant à nouveau les rouages de la doctrine et le poids écrasant des communautés religieuses. Après Daniela Vega, Julianne Moore, Rachel Weisz et Rachel McAdams, il offre à Florence Pugh un nouveau rôle de femme affirmée qui intériorise ses souffrances et son asphyxie et se bat pour obtenir justice et réparation. Après The Young Lady qui révélait son talent aux yeux du monde, elle porte à nouveau cette pièce historique centrée autour de son personnage esseulé – bien qu’elle trouve en Kila Lord Cassidy une partenaire de jeu particulièrement prometteuse.

Bande-annonce

16 novembre 2022 (Netflix) – De Sebastián Lelio, avec Florence PughCiarán Hinds, Tom Burke