featured_lady-macbeth-the-young-lady

THE YOUNG LADY

Une révélation

1865, Angleterre rurale. Katherine mène une vie malheureuse d’un mariage sans amour avec un Lord qui a deux fois son âge. Un jour, elle tombe amoureuse d’un jeune palefrenier qui travaille sur les terres de son époux et découvre enfin la passion. Habitée par ce puissant sentiment, Katherine est prête aux plus hautes trahisons pour vivre son amour impossible.

La rage au coeur.

Dans une demeure aux corridors étroits dont l’escalier principal s’érige en colonne vertébrale, Katherine étouffe au sein d’un monde corseté (au propre comme au figuré), posée tel un simple bibelot sur de poussiéreuses étagères. Elle qui rêve de grand air, de longues promenades sur la lande (le Wuthering Heights d’Andrea Arnold n’est jamais très loin) et d’abandon absolu se heurte à des conventions qui l’enserrent et la tourmentent. Habitée par une fougue la poussant à rompre ses obligations et à refuser la soumission qu’elle devrait subir sans sourciller, la jeune fille ne veut rien devoir aux hommes (même lorsqu’elle s’éprend de l’un d’eux) et préfère recourir à des méthodes extrêmes pour s’en affranchir. À la fois profondément attachante et désespérément inquiétante, elle entraîne avec elle un spectateur complice de sa souffrance dans une lutte acharnée des corps, des esprits et des classes.

De sa bande-annonce à ses premières minutes, The Young Lady porte instantanément les stigmates d’un cinéma britannique à l’indéniable raffinement, prêt à dérouler par le menu le quotidien morose – et mille fois vu – d’un mariage forcé. Pourtant, alors que le film aurait pu se diriger vers des contrées trop souvent foulées, il emprunte des sentiers escarpés en s’aventurant dans un tortueux portrait de femme où l’innocence se perd bien vite devant un brûlant désir d’indépendance. Venu des planches, tout comme sa scénariste, Alice Birch, William Oldroyd a miraculeusement transformé toutes les contraintes de son premier film en étonnantes qualités. Tout en instaurant à cet essai un splendide cadre formel, le réalisateur s’est appliqué à dépasser les pièges du théâtre filmé pour mieux installer une troublante atmosphère de huis-clos. Ces décors, ces lieux, restreints malgré lui, finissent par servir le long-métrage en illustrant le propos d’une insaisissable plongée dans l’horreur.

> > > Lire aussi : notre entretien avec le réalisateur

Faisant fi d’un budget minime, le cinéaste soigne son esthétique sans outrance, noircit le film d’époque en thriller psychologique rouge carmin et se concentre sur l’essentiel grâce à une mise en scène au cordeau. Il lui suffit, dès lors, d’une (petite) heure vingt-huit pour tout discerner d’une existence ravagée, pour en isoler les respirations salutaires jusqu’à l’asphyxie finale. Pas une minute superflue, pas une séquence inutile dans cette chronique cruelle dépeignant l’assombrissement progressif d’un cœur cadenassé. Dans la peau de cette déroutante Lady Macbeth (le titre original, seul rapport direct avec l’œuvre de Shakespeare), Florence Pugh rappelle la révélation d’Elizabeth Olsen dans un autre premier film, Martha Marcy May Marlene de Sean Durkin. Comme elle, son visage exprime cette rage rentrée et ce tsunami intérieur à la perfection. Adolescente opprimée, encore candide, puis femme de pouvoir prête à démolir les murs de sa propre maison pour conquérir sa liberté, elle compose une héroïne suffisamment complexe pour rester dans les mémoires et rendre compte des tortures indicibles endurées par l’âme humaine.

La fiche

THE YOUNG LADY
Réalisé par William Oldroyd
Avec Florence Pugh, Cosmo Jarvis, Paul Hilton…
Grande-Bretagne – Drame, Historique, Romance
Sortie : 12 avril 2017
Durée : 89 min




Il est 1 commentaire

Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire