still_seven

SE7EN

9
Polar ultime

Pour conclure sa carrière, l’inspecteur Somerset, vieux flic blasé, tombe à sept jours de la retraite sur un criminel peu ordinaire. John Doe, c’est ainsi que se fait appeler l’assassin, a decidé de nettoyer la societé des maux qui la rongent en commettant sept meurtres basés sur les sept pechés capitaux: la gourmandise, l’avarice, la paresse, l’orgueil, la luxure, l’envie et la colère.

Sept pêchés capitaux

Avant de réaliser le jouissif Fight Club, le divertissant Panic Room ou encore le sympathique Zodiac, David Fincher s’est d’abord fait connaître pour nous avoir offert LE thriller policier de la décennie : SE7EN.

Se7en, c’est avant tout une ambiance oppressante, une atmosphère sombre et inquiétante, dont le mérite revient en partie au talentueux directeur de la photographie franco-iranien Darius Khondji (La cité des enfants perdus de Jean-Pierre Jeunet, Panic Room de David Fincher évidemment et bientôt My blueberry Nights de Wong Kar Wai). Se7en, c’est également ce film diaboliquement bien écrit qui vous laissera scotché à votre canapé de nombreuses minutes après le générique final. Se7en, c’est aussi un formidable trio d’acteurs géniaux et inspirés : l’inimitable Morgan Freeman, le terrifiant et tout autant génialissime Kevin Spacey et le charismatique Brad Pitt. Se7en, c’est une claque d’ingéniosité de narration et un final psychologiquement époustouflant.

Dès le générique, on sait qu’on va avoir affaire à un film d’une qualité indéniable et d’une noirceur pesante. Les premières minutes ne tardent pas à le confirmer. Un tueur méthodique semble planifier sur une semaine – comptez sept jours –  sept meutres inspirés des sept pêchés de la Bible qu’il met en scène de façon sordide mais significative pour envoyer un signe fort à la population. L’enquête est confiée à un tandem policier aussi hétéroclite qu’attachant. Vieux roublard stoïque et réfléchi, au contraire de son partenaire jeune et impulsif, l’inspecteur Somerset (incarné avec malice par Morgan Freeman), à sept jours de partir en retraite, va tenter de donner un coup de pouce au fraîchement promu David Mills (Brad Pitt), qui vient d’emménager avec sa femme (Gwyneth Paltrow) dans cette ville lugubre et cafardeuse – dont on ne connaît à aucun moment le nom.

La complémentarité des acteurs confirmera son importance dans le terrible dénouement final auquel Kevin Spacey donnera une dimension férocement ingénieuse. À aucun moment, on ne décroche du film, pendant deux bonnes heures, qui vient nous triturer l’estomac. Le malaise qu’il créé ne s’explique pas seulement par l’image mais par la véracité du propos puis par la dérangeante tirade du psychopathe lors du face-à-face dans la voiture qui les conduit sur les lieux du dénouement de son oeuvre en sept actes. La tension monte progressivement, et ce dès les premières minutes et la découverte de la première victime, jusqu’à atteindre son climax dans les dernieres minutes avant de retomber de façon écrasante pour un épilogue accompagné d’une remarque sur la citation d’Ernest Hemingway au ton noir et pessimiste.

« Le monde est un bel endroit, qui vaut la peine qu’on se batte pour lui. Je suis d’accord avec la seconde partie. »

Un chef d’oeuvre au suspens captivant et au twist final machiavéliquement habile, dans un cadre obscur et inquiétant, interprété avec brio par un casting de talent et mis en scène avec une maestria insolente du seulement trentenaire David Fincher. Souvent imité, jamais égalé, il est fort probable que Se7en reste encore longtemps le modèle du genre.

DAVID FINCHER | USA | 130 MIN | 31 JANVIER 1996 | BRAD PITT, MORGAN FREEMAN, KEVIN SPACEY




8
Poster un Commentaire

avatar
8 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
5 Auteurs du commentaire
TAKING LIVES | Critique du filmLE PRESTIGE | LE BLEU DU MIROIR | DE FILMS EN AIGUILLES : CRITIQUES CINEMAGONE GIRL | LE BLEU DU MIROIR | DE FILMS EN AIGUILLES : CRITIQUES CINEMAEolunePedrolito Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Benoit
Invité
D’accord avec ton avis, Se7en est un chef-d’oeuvre du genre et Fincher risque bien d’être un grand (il l’est déjà) mais pour très longtemps dans l’histoire du cinéma…
Sinon, pas vu Die Hard 4 et je dois dire que ce sera surement pour le DVD…
Neil
Invité
Fincher réalise là une entrée fracassante dans la cour des grands. Belle maîtrise pour un film presque parfait. On le revoit toujours avec plaisir.
Dasola
Invité
J’ai évidemment vu le film à l’époque de sa sortie. Ca reste pour moi un des films les plus glauques et terrifiants que j’ai vus dans ma vie. Fincher est un grand réalisateur et le scénario absolument génial : la colère qui tue l’envie. Je ne l’ai pas revu depuis mais l’ayant en DVD, je le reverrai un jour. Merci d’en avoir parlé.
Pedrolito
Invité
Pedrolito
Morgan Freeman et Brad Pitt, deux méchants acteurs. Un suspens entier qui nous tient scotchés jusqu’à la fin du film. Merci de m’avoir prêté le film Bro!

PS: J’ai retrouvé ton adresse au fin fond de ma mémoire, et j’avais envie d’y faire un tour histoire de me rendre compte combien de films tu adorais alors que je ne les connais même pas de nom. Mdr!

Bonne continuation.

Eolune
Invité
C’est le genre de film que je ne peux pas pu voir en salle : j’en aurais loupé les 3/4, cachée à demi derrière mes mains en paravent, crispée comme chépakoi. Mais j’ai adoré malgré tout : je suis tout à fait d’accord avec toi
trackback
[…] film, quinze millions d’Américains vont divorcer ». Le réalisateur de Zodiac et Se7en s’empare d’un best-seller (Les apparences, de Gillian Flynn) traitant de la vie […]
trackback
[…] avait réalisé un film sur les sept pêchés capitaux avec Seven. Nolan semble s’être focalisé sur deux d’entre eux : l’envie et la colère. […]
trackback
[…] du suspense et des twists en série. Si Fincher et Demme ont marqué durablement le genre avec Se7en et Le Silence des Agneaux, la majorité de leurs héritiers se sont plutôt plantés. Taking Lives […]