featured_Gone-girl

GONE GIRL

8
Travail d'expert

À l’occasion de son cinquième anniversaire de mariage, Nick Dunne signale la disparition de sa femme, Amy. Sous la pression de la police et l’affolement des médias, l’image du couple modèle commence à s’effriter. Très vite, les mensonges de Nick et son étrange comportement amènent tout le monde à se poser la même question : a-t-il tué sa femme ?

Sous le vernis.

C’est avec éloquence et cynisme que David Fincher présente son dernier long-métrage : « Après avoir vu ce film, quinze millions d’Américains vont divorcer ». Le réalisateur de Zodiac et Se7en s’empare d’un best-seller (Les apparences, de Gillian Flynn) traitant de la vie conjugale et narrant l’histoire de Nick et Amy – leur rencontre, leur mariage et puis les années suivantes où le couple commence à péricliter, la séduction laissant place à l’amertume, jusqu’à l’énigmatique disparition de la jeune femme.

Comme il avait su si bien le faire avec Millenium, Fincher livre une nouvelle adaptation aux petits oignons, s’appuyant sur une mise en scène et un montage chirurgicaux. Pendant près d’une heure, le réalisateur s’amusera à gratter derrière le vernis, craquelant progressivement la belle image de ce couple apparemment parfait, avant de faire exploser toute sa perversité misanthrope dans des second et troisième segments des plus réjouissants. Avec la virtuosité qu’on lui connait, le cinéaste construit et déconstruit le puzzle de cette disparition ; meurtre, kidnapping, cambriolage, mise en scène… l’épais mystère autour d’Amy sera le fil conducteur de la première heure. 

Par le biais de ce déroutant labyrinthe conjugal, Gone Girl propose aussi une critique acerbe de la machine médiatique (manipulation de l’opinion publique, poids écrasant des talk-shows, omniprésence envahissante des paparazzis…) et policière. Si le marketing autour du film peut donner l’impression de survendre ce dernier – le film n’est en effet pas le « chef-d’œuvre » annoncé – Gone Girl n’en est pas moins une réjouissante démonstration de toute la maestria d’un cinéaste maniant avec un plaisir jubilatoire l’art délicat de la satire. Dans ce polar suburbain sublimé par une direction artistique presque Hopperienne et la nouvelle pépite sonore de Trent Reznor & Atticus Ross, on verra Ben Affleck devenir la cible principale d’une société assoiffée de vérités et de sang, restant étonnamment calme malgré l’acharnement médiatique. Face à lui, Rosamund Pike surprend et incarne parfaitement l’épouse disparue sans laisser de traces. Les seconds rôles sont moins mémorables, à l’exception d’un Neil Patrick Harris savamment employé malgré sa faible présence à l’écran. 

still_GoneGirl

On retrouve très souvent dans la filmographie de Fincher des personnages souffrant de troubles psychologiques plus ou moins sévères. Psychopathie (Se7en), schizophrénie (Fight club), simili-Asperger (Millenium), tendances asociales (The Social Network)… il se pourrait désormais que Gone Girl vienne compléter cette (déjà) longue liste des esprits dérangés. En révéler davantage sur l’intrigue serait un sacrilège et il faudra vous rendre en salle pour connaître le fin mot de l’histoire.

Avec Gone Girl, David Fincher ne réalise pas « son film ultime » mais reste diaboliquement fidèle à ses thèmes de prédilection. Il dissèque le rêve américain et expose l’envers du décor avec une causticité ironique et jubilatoire. S’emparant du matériau idéal pour sonder ses vices naturels, il signe un nouveau thriller soigné et élégant, bien plus féroce qu’il n’y parait. 

La fiche

thb_GoneGirl

GONE GIRL
Réalisé par David Fincher
Avec Ben Affleck, Rosamund Pike, Neil Patrick Harris
Etats-Unis – Thriller
Sortie en salles : 8 Octobre 2014
Durée : 149 min


Test blu-ray : Sortie chez 2Oth Century Fox Home Entertainment, l’édition blu-ray de GONE GIRL rend hommage au superbe thriller psychologique du maître Fincher. Proposé dans une très belle édition digipack, il n’y a pas grand chose à reprocher au transfert où un soin irréprochable a été apporté au son comme à l’image. Idéal pour profiter des superbes contrastes qu’offre ce nouveau long-métrage du spécialiste actuel du genre et le (re)visionner dans le confort de votre salon. Seul petit bémol : les bonus sont réduits au seul le commentaire audio du réalisateur. On aurait aimé fouiller un peu plus dans la démarche du cinéaste et le travail d’adaptation avec la romancière qui s’est chargée elle-même de remanier le scénario pour les besoins du film.  En BRD et DVD depuis le 11 Février, Gone Girl figurait dans le TOP Films 2014. UN INDISPENSABLE.



6
Poster un Commentaire

avatar
3 Comment threads
3 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
3 Comment authors
DARK PLACES | Critique du filmPrincécranoirтном ряиMoskau Recent comment authors
  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Moskau
Invité
Encore un petit jour à attendre avant de découvrir ce nouveau Fincher. Les bonnes critiques autour de ce film sont plus qu’encourageantes. Difficile de ne pas être spoiler, mais j’ai réussi jusque là !
Princécranoir
Invité
Voilà un avis qui rejoint en tous points le mien. Moi qui ne suis pas inconditionnel de Fincher, j’aurais même tendance au contraire à y voir son meilleur film.
trackback
[…] Gone Girl, adapté d’une main de maître par David Fincher, Dark Places est le second roman de Gillian […]