still_cafedeflore

CAFÉ DE FLORE

7
Parfois subjuguant

Il n’est pas facile de dire adieu à ceux qu’on aime ; pour y parvenir, il faut parfois toute une vie – ou deux. Entre le Paris des années 1960 et le Montréal d’aujourd’hui se déploie une vaste histoire d’amour à la fois sombre et lumineuse, troublante et malgré tout pleine d’espoir. Café de Flore raconte les destins croisés de Jacqueline une jeune parisienne mère d’un enfant unique, d’Antoine un DJ montréalais ainsi que des femmes qui l’entourent. Ce qui les relie : l’amour, troublant, maladroit, imparfait et inachevé… humain.

Un peu refroidi par les critiques très peu élogieuses que j’avais pu lire et l’affaiblissement rapide du nombre de séances parisiennes, je suis allé découvrir in-extremis et sceptique le nouveau film du cinéaste canadien Jean-Marc Vallée (C.R.A.Z.Y) dans une petite salle de la capitale – cinéma indépendant que je recommande, tant pour le cadre que l’accueil ou la playlist musicale d’attente. Grand bien m’en aura pris. Il s’agit là d’une oeuvre à part, qui ne peut laisser insensible. Ce fut déjà le cas de Mr Nobody, de Jaco Van Dormael qui avait eu un traitement plutôt sévère de la part de certaines plumes acerbes et aigries. L’audace et le talent ne sont pas toujours récompensés et le succès ou la réussite ne tiennent parfois qu’à un fil. 

La dernière création de Jean-Marc Vallée est une réussite mais n’a pas rencontré le succès mérité. Café de Flore est une expérience sensorielle, visuelle, musique et existentielle qui ne laisse pas indifférent. Superbe dans sa mise en scène et sa photographie, terriblement jouissif dans son montage et sa bande sonore entêtante (Sigur Ros, Pink Floyd, The Cure, NiN…), cette œuvre personnelle et sincère a de quoi dérouter et toucher. Le réalisateur canadien a laissé s’exprimer complètement sa créativité et nous emporte dans un voyage musical et temporel (entre le Paris des années 60 et le Canada contemporain) dont on ne ressort pas indifférent. Alors qu’il peut en laisser certains sur le bord de la route, la magie a opéré pour moi. A l’image d’un Xavier Dolan qui divise mais assume complètement son art, il semblerait que dernièrement les canadiens mixent avec brio leurs rengaines musicales entêtantes à des images d’une beauté incroyable pour mieux nous entraîner au cœur des tourments de l’âme. Et c’est tant mieux.  

 

 J-MARC VALLÉE | FRA/CAN | 84 MIN | 22 FÉVRIER 2012 | V. PARADIS, KEVIN PARENT, EVELYNE BROCHU



17
Poster un Commentaire

avatar
12 Fils de commentaires
5 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
8 Auteurs du commentaire
WILD |Critique du filmI ORIGINS | LE BLEU DU MIROIR | DE FILMS EN AIGUILLES : CRITIQUES CINEMADALLAS BUYERS CLUB | LE BLEU DU MIROIR | DE FILMS EN AIGUILLES : CRITIQUES CINEMAGABRIELLE | LE BLEU DU MIROIR | DE FILMS EN AIGUILLES : CRITIQUES CINEMA[critique] MONSIEUR LAZHAR « LE BLEU DU MIROIR | DE FILMS EN AIGUILLES : CRITIQUES CINEMA Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
dasola
Invité
Bonjour Wylirah, j’hésite car je ne suis pas fan de Vanessa Paradis et un de mes collègues m’a dit que c’était nul, donc je ne sais pas. Bonne après-midi.
selenie
Invité
Deux belles histoires, très belles histoires qui gagnent en valeur grâce à des acteurs vraiment magnifiques. Seul vrai bémol sur le « twist » qui relie les deux histoires, presque risible, en tous cas ridicule… 3/4
Squizzz
Invité

Je pense que le film de Vallée a été mal vendu, surtout en France où on a parlé que de Vanessa Paradis en mère d’un enfant trisomique. Du coup dans la salle pas mal de mamies se sont senties un peu perdues… Moi aussi je ne m’attendais pas forcément à ça, mais ça ne m’a pas trop perturbé. On retrouve vraiment la patte du réalisateur notamment dans sa façon d’appréhender la musique, et puis bien sur dans sa mise en scène très maîtrisée. Après le film traine un peu dans sa partie centrale, où on finit par attendre que Vallée… Lire la suite »

Fab R
Invité
Fab R
Oui, le film a été très mal vendu (l’affiche laisse supposer que Vanessa Paradis a le rôle principal : ceux qui se sont rendus en salle pour elle ont dû tomber de haut). J’ai trouvé ce film d’autant plus touchant qu’il est bancal. Que Jean-Marc Vallée assume cette histoire improbable est à saluer. Il ne fait aucune concession au second degré pour se préserver des jugements cyniques et rien que cela lui fait gagner des points dans mon estime. J’espère que le film sera redécouvert par un plus large public en vidéo…
Tietie007
Invité
Le titre fait très pariso-parisien dans les effluves de Klapisch …
neil
Invité
Alors ça si je m’y attendais…
C’est juste un fourre tout ce film, y a pas grand chose à sauver.
Tu peux pas comparer à Dolan, je ne suis pas d’accord, tsss….
Chonchon
Invité
Intéressant de voir combien la promo, si elle est mal faite, peut casser un film. Dommage. J’étais persuadée à voir les critiques que c’était assez raté. Merci pour ton billet qui me redonne un peu de curiosité. Je le verrai en DVD ou VOD.
trackback
[…] film canadien de l’année, quatrième réussite. Après Starbuck, Laurence Anyways et Café de Flore, un autre long-métrage venu du pays des caribous et du sirop d’érable vient enchanter […]
trackback
[…] écrans. Outre les petites perles du précoce Xavier Dolan, on retient récemment le magnifique Café de Flore et les attachants Starbuck et Monsieur Lazhar, venus du pays à l’inimitable accent. […]
trackback
[…] son très sous-estimé Café de Flore, qui était pourtant l’une des plus belles oeuvres de 2012, le cinéaste québécois […]
trackback
[…] entre croyances et preuves scientifiques. Rappelant par certains côtés le très beau Café de Flore, I origins ouvre des pistes intéressantes entre le domaine du scientifique et les croyances […]
trackback
[…] le très beau Café de Flore et après avoir offert un Oscar à ses deux comédiens pour leurs prestations dans Dallas Buyers […]