still_AlbertALouest

ALBERT À L’OUEST

2
Médiocre

La couardise d’Albert au cours d’une fusillade donne à sa fiancée volage la bonne excuse pour le quitter et partir avec un autre. Une belle et mystérieuse inconnue arrive alors en ville et aide le pauvre Albert à enfin trouver du courage. Des sentiments s’immiscent entre ces deux nouveaux alliés, jusqu’au jour où le mari de la belle, un hors-la-loi célèbre, découvre le pot-aux-roses, et n’a plus qu’une idée en tête : se venger. Albert aura-t-il le courage nécessaire pour venir à bout du bandit ?

Franchement à l’Ouest…

Après l’infâme bouse Ted, Universal autorise à nouveau le tâcheron Seth MacFarlane à utiliser leur argent pour débiter ses grossièretés et mettre en images la très abondante vulgarité colonisant sa cervelle spongieuse. 

L’idiot généreusement financé a choisi de situer sa nouvelle moisissure dans le grand Ouest, celui de Sergio Leone et autres Clint Eastwood. Tel un ado réalisant un fantasme, il s’est choisi comme partenaires une paire de blondes bien gaulées (Charlize Theron et Amanda Seyfried), un bad-guy vieillissant plus regardant sur le cachet que sur la qualité de ses projets (Liam Neeson) et un dandy moustachu recyclé de la décevante sitcom How I met your mother (l’occasion d’un clin d’oeil toutefois amusant). 

Tout auteur un brin inspiré aurait su profiter de l’opportunité de réaliser une western-comedy. Malheureusement, MacFarlane n’a pas plus d’inspiration que de talent. Ainsi, 95% de l’humour d’Albert à l’Ouest semble tout droit sorti de l’esprit d’un collégien attardé tracassé par ses hormones : du pet, en veux-tu en voilà, du phallus (humain et animal) à foison, de l’urine et du sperme à profusion, avec bien sûr le traditionnel usage du laxatif pour l’incontournable séquence scato du film… MacFarlane ne se montre pas radin lorsqu’il s’agit de sécrétions corporelles…

Aussi crédible en fermier que Roselyne Bachelot en Ministre de la Santé et du Sport, le tocard s’offre au passage le rôle principal de son navet et nous débite ses âneries tel un comédien de stand-up qui aurait posé négligemment sa caméra dans un coin pour répéter (en témoignent ses pathétiques tirades précédant les duels au pistolet). Même Jamel dans Sur la piste du Marsupilami ne s’était pas autant embarrassé…

D’une bêtise et d’une médiocrité abyssales, Albert à l’Ouest ne mérite pas le moindre centime de votre poche, les deux sympathiques cameos du film n’étant franchement pas suffisants pour vous infliger l’océan de potacherie dans lequel ils sont noyés. Si toutefois vous décidiez de tenter le coup, suivez alors le conseil de notre contributeur. 

 

La fiche

thb_AlbertALouest

ALBERT À L’OUEST 
Réalisé par Seth MacFarlane
Avec Seth MacFarlane, Charlize Theron, Liam Neeson…
Etats-Unis – Comédie
Sortie en salles : 2 juillet 2014
Durée : 117 min





2
Poster un Commentaire

avatar
2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
FLOP FILMS 2014 | Les pires films de l'annéeBALADE ENTRE LES TOMBES | LE BLEU DU MIROIR | DE FILMS EN AIGUILLES : CRITIQUES CINEMA Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
trackback
[…] de Ridley Scott, l’acteur irlandais collectionne les navets (Non-stop, Taken 2 ou même Albert à l’Ouest) et les DTV navrants (After.life). S’il est toutefois apparu (en second rôle) dans la saga […]
trackback
[…] Albert à l’ouest – Seth McFarlane […]