featured_kinds-of-kindness

KINDS OF KINDNESS

Un homme sans choix qui tente de prendre le contrôle de sa propre vie ; un policier inquiet parce que sa femme disparue en mer est de retour et qu’elle semble une personne différente ; et une femme déterminée à trouver une personne bien précise dotée d’un pouvoir spécial, destinée à devenir un chef spirituel prodigieux.

Critique du film

Film après film, Yorgos Lanthimos continue de bâtir l’une des filmographies les plus atypiques vues ces dernières années. N’hésitant jamais à user de formes radicales pour bousculer son spectateur, le cinéma de Lanthimos se veut exigeant et mal-aimable, deux qualificatifs qui rendent son succès public d’autant plus fascinant. Car depuis La Favorite, le réalisateur grec marche sur un fil ténu, en constant équilibre entre ses velléités d’auteur assumées et une approche plus grand public. Son secret ? Investir de sa patte singulière des genres plus ‘’accessibles’’ en apparence (le film d’époque, le conte) et rassembler un casting prestigieux, immédiatement identifiable. De retour en compétition cannoise avec Kinds of Kindness, le cinéaste s’essaie au difficile exercice du film à sketches.

Trois histoires plus ou moins indépendantes les unes des autres composent le long-métrage, présenté officiellement comme un triptyque. À la manière d’une anthologie à la American Horror Story, Lanthimos imagine différents segments dans lesquels évoluent les mêmes comédiens, interprétant à chaque fois de nouveaux personnages. C’est du côté de la mise en scène que le film trouve une certaine homogénéité. Longs travellings qui s’élancent au rythme des personnages, plans composés au millimètre, photo froide comme l’hiver : le réalisateur est dans ses petits souliers et use de toute la grammaire du cinéma qui l’a fait connaître.

Plus précisément, Lanthimos paraît vouloir se rapprocher de la tonalité de ses débuts. Incisif et ironique (jusque dans son titre), le cinéaste se lance dans une sorte d’étude anthropologique, en trois temps. Chaque protagoniste y est filmé comme un rat de laboratoire dont on observerait de loin et sans affect les réactions face à un dispositif donné. Et quel dispositif… Entre l’homme dont tous les choix de vie sont dictés par son patron, celui persuadé que son épouse n’est pas son épouse, et la femme en recherche désespérée d’une nouvelle gourou, il y a matière à bousculer et faire réfléchir.

Kinds of kindness

Malheureusement, difficile de savoir exactement où le réalisateur souhaite en venir. Il y a bien des thématiques communes qui parcourent chacun de ces récits : le libre-arbitre, la dépendance obsessionnelle à l’autre et la foi sont autant de motifs esquissés dans les trois récits, sans que l’on décèle un point de vue ou réflexion qui dépasse un tant soi peu le simple geste provocateur. Comme souvent, le cinéaste mise en premier lieu sur l’inconfort du spectateur face à l’absurdité des situations qu’il met en scène. Cela fonctionne particulièrement bien dans le premier segment, drôle et cruel jusque dans sa conclusion misanthrope. C’est en revanche beaucoup plus nébuleux dans les deux suivants…

Sans doute un peu prisonnier de son format en trois parties distinctes qui nécessite un renouvellement constant des enjeux, Lanthimos tente d’aller plus loin dans l’étrangeté, voire l’abstraction dans les deux chapitres suivants. L’idée est sans doute de surprendre le spectateur et d’amplifier le comique du malaise. Paradoxalement, c’est l’inverse qui se produit. Les séquences s’enchaînent difficilement et les artifices plus toc que choc semblent se répéter. Si bien que l’on finit par s’ennuyer ferme devant ce qui s’apparente au fur et à mesure du visionnage comme un exercice de style prétentieux et vain.

Trop conscient des forces qui ont fait ses travaux précédents, Yorgos Lanthimos livre un film un peu un peu trop satisfait de lui-même et de sa bizarrerie pour réellement convaincre. En somme, peu de discours et beaucoup d’esbrouffe, ce qui donnerait pour une fois (presque) raison aux détracteurs du réalisateur qui voit en lui la caricature du cinéaste poseur réalisant des films dans le seul et unique but d’être sélectionné en festival.

Bande-annonce

26 juin 2024 – De Yorgos Lanthimos, avec Emma StoneJesse PlemonsWillem Dafoe




%d blogueurs aiment cette page :