featured_LesSouvenirs

LES SOUVENIRS

6
Plaisant

Romain a 23 ans. Il aimerait être écrivain mais, pour l’instant, il est veilleur de nuit dans un hôtel. Son père a 62 ans. Il part à la retraite et fait semblant de s’en foutre. Son colocataire a 24 ans. Il ne pense qu’à une chose : séduire une fille, n’importe laquelle et par tous les moyens. Sa grand-mère a 85 ans. Elle se retrouve en maison de retraite et se demande ce qu’elle fait avec tous ces vieux. Un jour son père débarque en catastrophe. Sa grand-mère a disparu. Elle s’est évadée en quelque sorte. Romain part à sa recherche, quelque part dans ses souvenirs…

D’une génération à l’autre.

Les Souvenirs est un film qui fait plaisir. Pourquoi ? Parce qu’il prouve que le cinéma français sait encore produire de bons films populaires, loin des Supercondriaque et autre Famille Bélier.

Après deux premiers longs métrages prometteurs (Sans arme, ni haine, ni violence et surtout le très réussi Quand je serai petit), Jean-Paul Rouve continue d’affirmer et d’affiner ses talents de conteur et semble donner une belle direction à sa carrière de réalisateur. Pour son troisième film, il choisit d’adapter un roman de David Foenkinos qui raconte une histoire assez simple. Celle de Romain, 23 ans, qui cherche l’amour de sa vie. Celle de son père, jeune retraité. Et celle de sa grand-mère, qui s’ennuie dans sa maison de retraite. L’histoire d’une famille et des relations entre les générations. Une histoire simple mais pas simpliste. Et ça, Jean-Paul Rouve et David Foenkinos l’ont bien compris. Si le scénario n’est certes pas d’une très grande originalité, il n’en est pas moins juste dans sa manière de dresser des portraits avec beaucoup de subtilité et de raconter les liens qui se tissent entre ces êtres. On se laisse donc volontiers embarquer dans la vie de cette famille, que Jean-Paul Rouve, en bon ex-Robins des Bois qui se respecte, a la bonne idée de parsemer de jolies pointes d’humour savamment dosées et de personnages secondaires assez délectables.

En fait, Les Souvenirs est un film qui correspond parfaitement à Jean-Paul Rouve. Comme il l’avait déjà prouvé avec Quand je serai petit, le réalisateur est très à l’aise avec les films d’acteurs. Une fois de plus, il réunit un casting impeccable, qu’il dirige avec beaucoup d’aisance et de finesse. Il offre notamment un magnifique retour sur le devant de la scène à Annie Cordy, attendrissante et lumineuse dans le rôle d’une mamie à l’éternelle jeunesse. Elle forme un magnifique duo avec le jeune Mathieu Spinosi, véritable révélation et qui devrait voir sa carrière prendre un beau virage après ce rôle. Michel Blanc trouve quant à lui un rôle qu’il connaît bien, celui de l’homme moyen, râleur et anxieux, mais auquel il sait toujours apporter la nuance nécessaire. Autour d’eux gravitent des seconds rôles savoureux, d’une Chantal Lauby très touchante à une Audrey Lamy délirante, en passant par un Jean-Paul Rouve et un William Lebghil au sens comique aiguisé.

Par ses multiples qualités et son charme indéniable, Les Souvenirs possède tous les atouts du film populaire qui saura réunir toutes les générations. Et c’est tant mieux !

La fiche

thb_LesSouvenirs

LES SOUVENIRS Réalisé par Jean-Paul Rouve Avec Michel Blanc, Annie Cordy, Mathieu Spinosi… France – Comédie dramatique Sortie en salle : 14 Janvier 2015 Durée : 96 min




2
Poster un Commentaire

avatar
2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
dasolaFlorian Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Florian
Invité
Nous sommes d’accord, un joli coup de cœur populaire comme on les aime 🙂
dasola
Invité
Rebonsoir, le film est en effet très bien mais il m’a foutu « le cafard » pour des raisons très personnelles et cela m’a gâché un peu le plaisir. Tous les comédiens sont bien et les vues aériennes d’Etretat m’ont donné envie d’y aller (je ne connais pas du tout). Bonne soirée.