still_EOT

EDGE OF TOMORROW

6
Assez bon

Dans un futur proche, des hordes d’extraterrestres ont livré une bataille acharnée contre la Terre et semblent désormais invincibles: aucune armée au monde n’a réussi à les vaincre. Le commandant William Cage, qui n’a jamais combattu de sa vie, est envoyé, sans la moindre explication, dans ce qui ressemble à une mission-suicide. Il meurt en l’espace de quelques minutes et se retrouve projeté dans une boucle temporelle, condamné à revivre le même combat et à mourir de nouveau indéfiniment…

Un jour sans fin, 2.0

Sur le principe du film culte Un jour sans fin (inoubliable comédie avec Bill Murray), Edge of Tomorrow est un blockbuster de science-fiction entre thriller fantastique et survival futuriste. Présenté cette semaine sur les Champs Elysées, le film sortira en salles début juin et donnera le coup d’envoi de la saison des films pop-corn. La Warner avait mis les grands moyens pour promouvoir ce film avec trois avant-premières mondiales dans trois villes (Londres, Paris et New-York) le même jour – un marathon promotionnel mené tambour battant par les deux stars à l’affiche. Pour quel résultat à l’écran ?

Premier constat, Edge of Tomorrow se révèle aussi frustrant et jubilatoire qu’un jeu-vidéo : il faudra refaire les mêmes scènes encore et encore pour parvenir enfin à son but (et au prochain niveau de l’aventure) et peut-être avoir l’opportunité de combattre le big-boss final et de remporter la partie. Avec son héroïne aussi sexy que badass et son personnage principal parachuté en plein chaos dès le départ, l’expérience du spectateur ressemble à s’y méprendre à celle du gamer, la passivité et le confort du siège rouge se substituant à la manipulation frénétique de la manette… 

Dans le rôle phare, on retrouve Tom Cruise – habitué de ces super-productions. Pas forcément réputé pour être l’acteur le plus subtil de sa génération, il livre néanmoins une prestation plutôt convaincante, campant un héros non-dénué de second degré – choix salutaire pour l’empathie du spectateur, habitué aux sauveurs testostéronés et infaillibles. Face à lui, la britannique Emily Blunt trouve incarne une dure-à-cuire avec une véritable aisance, malmenant à de nombreuses reprises son partenaire lors de leur mission (quasi) impossible. 

Avec sa réalisation efficace et sa 3D immersive, Edge of Tomorrow maintient le spectateur au coeur de l’action et des échecs répétés de Cage. Plus réussi que Source Code, le thriller mis en scène par Doug Liman, cinéaste aguerri aux thrillers endiablés (La mémoire dans la peau, Mr & Mrs Smith…), ne souffre pas trop de son côté répétitif. Si l’on fermera volontiers les yeux sur les questions de cohérence temporelle, on regrettera en revanche une sérieuse baisse de régime dans la deuxième partie du métrage jusqu’à un épilogue laborieux et brouillon. 

Pas complètement abouti (la faute à un prologue poussif et à un épilogue vaguement décevant), Edge of Tomorrow se vit comme un moment de cinéma plutôt ludique et pas déplaisant, à l’aube de la période estivale propice aux grosses machines de studio.

La fiche
thb_BlackCoal

EDGE OF TOMORROW
Réalisé par Doug Liman
Avec Tom Cruise, Emily Blunt, Bill Paxton…
Etats-Unis – Action, Science-Fiction
4 Juin 2014
Durée : 113 min

 

 

 




1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
NOS ÉTOILES CONTRAIRES | LE BLEU DU MIROIR | DE FILMS EN AIGUILLES : CRITIQUES CINEMA Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
trackback
[…] Rencontrera-t-il le même succès qu’outre-atlantique où il a fait de l’ombre à Tom Cruise […]