featured_Patti-Cakes

PATTI CAKES

Énergique

Patricia Dombrowski, alias Patti Cake$, a 23 ans. Elle rêve de devenir la star du hip-hop, rencontrer O-Z, son Dieu du rap et surtout fuir sa petite ville du New Jersey et son job de serveuse dans un bar miteux. Elle doit cependant s’occuper de Nana, sa grand-mère qu’elle adore, et de Barb, sa mère, une chanteuse ratée et totalement instable. Un soir, au cours d’une battle sur un parking, elle révèle tout son talent de slammeuse. Elle s’embarque alors dans une aventure musicale avec Jheri, son meilleur ami et Basterd, un musicien mutique et asocial.

Un coeur gros comme ça.

Patti Cakes a quelque chose de singulier. Tant ce personnage, attachant, qui essaie de percer dans le hip-pop que ce film éponyme qui semble parfois fait de bricolages assumés. Présenté au printemps à la Quinzaine des réalisateurs, le premier long-métrage de Geremy Jasper a pour lui son énergie et sa sincérité.

Avec ses rêves de célébrité plein la tête, pour échapper à un quotidien morose et à un avenir fait de petits boulots dans les bars locaux, Patti Cake$ ne se positionne pas d’emblée sur le chemin de l’originalité. Mais sa galerie de personnages, tous un peu à la marge, donne envie d’embarquer. Tout aussi artisanal que Sing street mais moins feel-good – le film ne vous plombera pas le moral, même si les chemins qu’il emprunte aurait pu le faire – il fait la part belle aux envolées lyriques et aux gadins de son héroïne, qui ne manque peu de se reprendre la réalité en plein visage. Mais son torrent de rimes et sa personnalité apportent la force nécessaire à donner corps à ses ambitions.

Patricia devra donc s’affranchir de ses boulets et apprendre à s’aimer et s’assumer pour ce qu’elle est. Même si l’on ne se déplace pas pour voir des outsiders en espérant assister à leur échec, les films qui montrent leurs failles et leurs tracas sont souvent les meilleurs. L’échec construit, il permet de se relever et d’avancer la tête haute. Patti Cakes assume ses défauts et le fait fièrement. C’est ce qui le/la rend si attachant(e).

Dans la lignée d’American Honey et The Florida Project, ce premier long-métrage de Jasper s’affirme en une première oeuvre authentique portée par la prestation XXL de Danielle Macdonald, épatante de bout en bout.

La fiche

PATTI CAKE$
Réalisé par Geremy Jasper
Avec Danielle Macdonald, Bridget Everett, Siddharth Dhananjay…
Etats-Unis – Drame, comédie
Sortie : 30 août 2017
Durée : 
108 min




0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x