critique la surface de réparation

LA SURFACE DE REPARATION

Scolaire

Au FC Nantes, Franck s’occupe un petit peu de tout. Facilitateur du club mais jamais dans l’organigramme officiel, il va devoir gérer Salomé, cherchant à faire chanter quelques joueurs sur leurs relations extra-conjuguales, et Djibril, ancienne star de retour dans l’équipe.

Hors-Jeu.

Les films sur le foot ont cette mauvaise réputation d’être d’insidieuses machines prêtes à exploiter n’importe quel grand événement du ballon rond pour faire des entrées à peu de frais. Ce n’est heureusement pas le cas de La Surface de Réparation, premier long-métrage de son réalisateur Christophe Regin, dont l’honnêteté de conception n’est sans doute pas à remettre en question. Ce n’est malheureusement pas non plus le film événement de janvier, loin de là.

Franck (Franck Gastambide) gravite autour de son club de coeur pour lequel il n’a jamais pu jouer, le FC Nantes, en s’occupant d’un peu tous les petits boulots : gérer les jeunes du centre de formation, faire le lien à la place des joueurs entre vie professionnelle et vie tout court, et même couvrir deux-trois beuveries et découchages. C’est lors d’une de ces dernières qu’il rencontre Salomé (Alice Isaaz), jeune femme bien décidée à gratter quelques miettes en tant que maître-chanteuse. Elle servira de prétexte romantique pour un drame de marginaux, à la périphérie de tout, du foot, de la ville, de la vie, le film trouvant sa place en point médian entre cercles sportifs et cercles de la galère.

En choisissant Nantes pour éviter l’écueil trop social d’autres clubs moyens de Ligue 1, Regin se concentre donc sur des personnages rappelant vaguement tous ceux qui vivent du foot sans jamais vraiment y appartenir. Postulat sympathique si le tout n’était pas cousu de fil blanc. Le rythme ne décolle jamais vraiment, la mise en scène non plus, le tout enchaînant avec une application scolaire mollassonne un propos convenu. Les personnages secondaires, Hippolyte Girardot et Moussa Mansaly (Patients), ne parviennent pas à apporter l’attendue fraîcheur du banc malgré des interprétations convaincantes. La Surface de Réparation suscite autant d’enthousiasme qu’un club de Ligue 1 du ventre mou, celui qui fait des 0-0 le dimanche à 14h. Pour la prochaine, il va falloir muscler ton jeu, Christophe.

La fiche

LA SURFACE DE REPARATION
Réalisé par Christophe Regin
Avec Franck Gastambide, Alice Isaaz, Moussa Mansaly…
France – Drame
Sortie : 17 janvier 2018
Durée :  94 min




Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
  Subscribe  
Me notifier des