still_blackswan

BLACK SWAN

3
Putassier

Rivalités dans la troupe du New York City Ballet. Nina est prête à tout pour obtenir le rôle principal du Lac des cygnes que dirige l’ambigu Thomas. Mais elle se trouve bientôt confrontée à la belle et sensuelle nouvelle recrue, Lily…

Vilain petit canard.

Son précédent long-métrage avait été une merveilleuse surprise : The Wrestler. Aranovsky réussissait à captiver et bouleverser en racontant l’histoire d’un grand gaillard passionné de catch qui a vu sa vie et ses proches lui échapper en vivant corps et âme sa passion pour son sport – pour lequel je n’ai aucun attrait. Comment ne pas ressortir conquis par cette œuvre formidablement écrite et maîtrisée ? Son Black Swan présentait des caractéristiques similaires (ou opposées) : une jeune femme frêle, passionnée pour un sport pas forcément attirant de prime abord, se perd elle-même dans la pratique de celui-ci et dans sa quête de la perfection.

Malheureusement, Black Swan, contrairement à un The Wrestler plein d’humilité et de finesse, est un film bien trop ambitieux et caricatural pour fonctionner. Totalement dénué de subtilité, Aronofsky prend le parti de traiter la folie obsessionnelle dans laquelle sombre son personnage avec décalage – ou façon film d’horreur ringard des années 70. Le réalisateur s’en donne ainsi à cœur joie : effets visuels et sonores minables, personnages caricaturaux et vulgaires, yeux rouges, images chocs et scènes de sexe pseudo-horrifiques… il se lâche.

Pour couronner le tout, le scénario s’avère d’une pauvreté et d’une prévisibilité consternantes. Chaque évènement se voit venir à des kilomètres. De ce fait, chaque « twist », quand il survient, parait encore plus navrant et balourd. Aronofski enfile les gros sabots et ne les lâche jamais, peu avare en gros emprunts.

Du côté des interprètes, Natalie Portman s’en tire plutôt bien. On sent qu’elle s’est beaucoup investi pour le rôle et cela se voit. Pour autant, celle-ci ne mérite pas les commentaires dithyrambiques louant « son exceptionnelle performance » – surtout lorsqu’on a eu écho de son imposture.

Finalement, le seul véritable atout de ce film reste la sublime musique d’un des plus grands compositeurs de tous les temps, un certain Piotr Ilitch Tchaïkovsky, qui offre son lot d’envolées lyriques.

Le très attendu et ultra-plébiscité Black Swan déçoit. Parce qu’on l’annonçait et qu’il aurait pu être un grand film mais qu’il n’est au final qu’une oeuvre excessive, prévisible et grotesque manquant cruellement d’intérêt, de subtilité et de cohérence. Aranofsky avait mis la barre haute avec le fabuleux The Wrestler. Son dernier long-métrage, pourtant favori aux prochains Oscars, est à des années lumières de ce que le réalisateur sait faire de mieux. 

DARREN ARONOFSKY | USA | 103 MIN | 09 FEVRIER 2011 | NATALIE PORTMAN, MILA KUNIS, VINCENT CASSEL



14
Poster un Commentaire

avatar
13 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
12 Auteurs du commentaire
NOÉ | LE BLEU DU MIROIR | DE FILMS EN AIGUILLES : CRITIQUES CINEMAynausicaaVincentDasolaMoskau Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
tinalakiller
Invité
j’ai vu ce film aujourd’hui et je suis très déçue ! portman est agaçante (elle chiale tout le long, du genre « give me my oscar ! »), c’est stupide, grotesque, lourd, vulgaire, prétentieux. Les idées sont là et la relation mère-fille m’a intéressé mais y a que ça à retenir (sauf la belle musique du Lac des Cygnes mais bon elle a pas été faite pour le film…)
Déborah
Invité
Déborah

Sur ce coup là je ne suis pas ton avis. J’ai adoré ce film qui m’a bouleversé, je suis rentré à cent pour cent dedans. Il m’a autant touché que the Wresler. Je suis de ceux qui trouve que Nathalie Portman mérite son oscar avec ce film, un de ses plus beau rôle selon moi, j’ai trouvé ça performance incroyable. Le personnage est agaçant certes, c’est l’effet recherché. Cependant quand j’ai vu le film je me suis dis que c’était le genre de film qu’on aime ou qu’on déteste sans demie mesure et j’en ai eu la preuve à plusieurs… Lire la suite »

Jérémy
Invité

Aie, je me sens obligé de défendre le film, là ! Bon, ce que dis Déborah est sans doute vrai : soit on adhère complétement au film, soit on y reste durement hermétique. ‘Black Swan’ demande l’adhésion du public et dès ce premier « faux » plan séquence, superbe, qui prône une forme à la fois proche et réaliste (‘The Wrestler’) avec une douce folie qui entraine sa caméra à virevolter en travelling. Pour moi, ‘Black Swan’ et ‘The Wrestler’ sont sensiblement les mêmes films – Aronovsky parle de diptyque – à cette différence près que ‘Black Swan’ nuance son réalisme par… Lire la suite »

Neil
Invité
J’ai été emporté pendant tout le film. La mise en scène et l’interprétation de Portman m’ont épaté. C’est vrai qu’il y a un côté « tape-à-l’oeil », mais je trouve le résultat brillant. Après, je n’ai pas vu The wrestler…
Squizzz
Invité

Je viens soutenir Jérémy dans ce débat ! J’ai pas vu tous les Aronofsky, et je suis pas forcément un fan absolu (« Requiem for a dream » j’ai surtout adoré la dernière demi-heure, et « The Fountain » était très beau mais m’avait trop trituré le cerveau). Mais « Black Swan » ! Je suis d’accord sur le fait que c’est le genre de film qu’on adore ou qu’on déteste. Sur la forme, Jérémy a déjà dit pas mal de choses et je le suis totalement. Sur le fond, je ne trouve pas qu’on puisse qualifier le scénario de pauvre. Prévisible peut-être, et qu’on s’ennuie… Lire la suite »

Benjamin
Invité
Une patte cassée.

« adorer ou détester », ni l’un ni l’autre mon capitaine.

Décidément Wilyrah, après Boyle,nous nous rejoignons encore une fois sur la lourdeur de ces réalisateurs.

Film raté et fascinant pour me répéter.

Je poursuis mes lectures sur blogs parce que les critiques de journalistes pour l’instant me déçoivent…

Mymp
Invité
Mais justement, les personnages sont « grossiers », à la limite de la caricature car, comme dans un ballet, tout est traité de façon très primaire, très exacerbé (les maquillages, les gestes, etc.). Je comprends évidemment ton point de vue par rapport au fait que l’on peut rester extérieur au film, le film peut rebuter (pas seulement pour ses scènes un peu « trash »). Par contre, je ne pense que le scénario soit si pauvre que ça. Il l’est seulement en apparence, mais il ouvre en fait à beaucoup plus d’interprétations qu’on ne pourrait le croire.
Moskau
Invité
Comme quoi, chacun a sa visions des choses. Pour ma part j’ai trouvé la photographie sublime, la prestation de Portman remarquable (elle n’est pourtant pas mon actrice préférée). Black Swan rappelle chacun des films d’Aronofsky. Je n’ai pas trouvé le scénatio faiblard (on ne peut pas dire que celui de The Wrsetler était très épais !). Alors oui, la métaphore est parfois lourde, mais quand même, Aronofsky signe (ha ha) un très bon film !
Dasola
Invité
Bonsoir Wilyrah, ca y est j’ai vu le film: très moyen. Le personnage de Nina est inconsistant et crispant. A la différence de Moskau, je n’ai pas aimé la photo (comme pour les autres film d’Aranofsky). Et je trouve que l’on n’entend pas assez la musique de Tchaikovksy. Bonne soirée.
Vincent
Invité
On est okay, c’est trop chargé, trop exempt de modestie comparé à The wrestler. Mais même si je conchie le film, je trouve que la perormance de Natalia lui vaudra un Oscar pas immérité.
ynausicaa
Invité
Salut! J’y suis allée ce WE et j’avoue que j’étais surprise dès le début notamment par « la façon de filmer ». Les personnages sont très spéciaux notamment la mère et le personnage de Cassel. j’avais l’impression que Nina était un peu dérangée depuis le début. J’y suis allée avec une amie et on était mal à l’aise pendant une bonne partie du film (c’est quoi ces devoirs à la maison?!). Je suis ressortie un peu « pertubée » et j’ai mal dormi. J’ai trouvé ce film un poil dérangeant.
trackback
[…] le détestable Black Swan, le très poignant The Wrestler et l’incontournable Requiem for a dream, Darren Aronofsky […]