still_tale-of-tales

TALE OF TALES

5
Intriguant

Il était une fois trois royaumes voisins où dans de merveilleux châteaux régnaient rois et reines, princes et princesses : un roi fornicateur et libertin, un autre captivé par un étrange animal, une reine obsédée par son désir d’enfant… Sorciers et fées, monstres redoutables, ogre et vieilles lavandières, saltimbanques et courtisans sont les héros de cette libre interprétation des célèbres contes de Giambattista Basile.

Bête humaine.

Au rayon des réalisateurs ayant entamé une jolie carte de fidélité avec le Festival de Cannes, Matteo Garrone semblait bien parti pour emboîter le pas à Nuri Bilge Ceylan en remportant la Palme d’Or après l’obtention de deux Grand Prix (Gomorra en 2008, Reality en 2012). Pourtant, alors que le cinéaste s’était, si l’on peut dire, « spécialisé » dans des films-peintures de la société italienne, son adaptation du Pentamerone – le premier recueil européen de contes – a considérablement dérouté lors de sa présentation en Sélection Officielle.

Confirmant la teneur d’une bande-annonce curieuse aux allures de fantaisie baroque et onirique, le nouveau long-métrage de Matteo Garrone nous a, ainsi, plongé dans une relecture totale des topos inhérents aux contes de fées. Triomphe de la jeunesse sur la vieillesse, désir ravageur, orgueil démesuré, le réalisateur italien a décidé de puiser dans l’essence-même de ces histoires pour y extraire une réflexion sur la bestialité de l’homme.

Conçu tel un retour aux origines du conte macabre, Tale of Tales (littéralement « Le Conte des contes ») ressemble toutefois plus à un beau livre d’illustrations qu’à un enchevêtrement de récits horrifiques destinés à dévoiler la laideur humaine sous l’apparat merveilleux. Si l’esthétique du film se veut, dans un premier temps, aussi remarquable que séduisante, elle ne peut, en effet, pleinement dissimuler l’inégalité de chaque segment et le sacrifice dommageable de certaines figures passionnantes (la reine obsédée par son envie de devenir mère).

En privilégiant la direction artistique à la construction de son scénario, Matteo Garrone oublie d’offrir chair et consistance à des personnages manquant cruellement de profondeur. Il échoue alors à transformer une proposition singulière en réussite indéniable alliant fable existentielle et splendeur visuelle.

La fiche

thb_The-tale-of-tales

THE TALE OF TALES
Réalisé par Matteo Garrone
Avec Salma Hayek, Vincent Cassel, Toby Jones…
Italie – Fantastique
Sortie en salle : 14 Mai 2015
Durée : 120 min




Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de