suspiria-remake

SUSPIRIA | Ce remake illégitime, une certaine idée du cauchemar

On pensait avoir laissé le pire derrière nous. Il y a dix ans, les studios se mettent en tête de proposer des remakes d’un paquet de films d’horreur cultes, avec plus ou moins de succès. Massacre à la tronçonneuse, L’Armée des Morts, La Colline a des yeux… Voilà qu’aujourd’hui, des producteurs en manque d’imagination ont décidé de remettre le couvert en s’attaquant à un réalisateur jusque-là épargné : Dario Argento. Dans le viseur, son culte Suspiria. Et comme une mauvaise nouvelle n’arrive jamais seule, Chloë Grace Moretz a rejoint le casting. Oui, on parle bien de l’insupportable « actrice » qui n’a qu’un sympathique Kick-Ass pour sauver sa filmographie. Et encore… 

La Chloë de la colère

Mais qu’est-ce qui a bien pu passer par la tête de l’équipe derrière ce remake pour choisir Chloë Grace Moretz ? Ont-ils déjà oublié le terriblement mauvais Carrie, la vengeance ? Quel spectateur fan de Dario Argento va prendre plaisir à voir l’actrice gesticuler dans ce Suspiria dont le scénario fait déjà craindre le pire ? On parle ici d’une étudiante américaine partant faire ses études dans une université européenne. Elle doit faire face à des meurtres sur… son campus. On grince des dents. Adieu l’ambiance si particulière qui régnait dans l’école de danse de l’original de Dario Argento. Bonjour, énième campus avec son cortège d’étudiants demeurés.

Luca Guadagnino, cinéaste derrière cette nouvelle version de Suspiria, n’est pas étranger aux remakes. Il a déjà réalisé A Bigger Splash, réécriture honnête de La Piscine mais pas suffisamment bon pour rassurer. Même Asia Argento, fille de Dario Argento, a fait part de son mécontentement sur Twitter en qualifiant le réalisateur de « sneaky son of a bitch who licks asses left and right so he can fuck them better ». On vous laisse le plaisir de la traduction. Pas sûr que la présence de Chloë Grace Moretz calme la colère de l’actrice.

Chaos technique

Ce remake de Suspiria a connu un parcours chaotique depuis 2008. Natalie Portman avait été pressentie pour le premier rôle sous la direction de David Gordon Green (Manglehorn, Joe…) avant que le projet ne soit abandonné. Puis c’est le nom d’Isabelle Huppert qui est arrivé sur la table avec une nouvelle actrice à la tête du film, Isabelle Fuhrman (Esther). Mais cette fois, c’est officiel, et impossible de faire demi-tour : Luc Guadagnino dirigera le film avec Tilda Swinton, Chloë Grace Moretz et Dakota Johnson (50 nuances de Grey). Le tournage a déjà débuté en Italie et en Hongrie. Que dire de plus si ce n’est que cette nouvelle version de Suspiria laisse présager du pire ? La production patine depuis quasiment une décennie. Son casting est inconsistant, à l’exception de la talentueuse Tilda Swinton. La dernière révision de la réécriture semble désastreuse. Il faudra attendre les premières images du film pour se faire une idée de l’ampleur des dégâts. Si le remake de Suspiria s’avère être un succès financier (peu importe ses retombées critiques), les producteurs pourraient bien nous proposer une nouvelle version des plus gros succès de Dario Argento. Imaginez un Inferno ou La Troisième Mère avec Chloë Grace Moretz. Une certaine idée du cauchemar.

Image du remake de Suspiria




2
Poster un Commentaire

avatar
2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
Jean AvenelMarionRusty Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
MarionRusty
Invité
Je croyais presque à une mauvais blague au début, une sorte de Le Gorafi, mais non. C’est vrai que le remake de Carrie était très mauvais, mais là ce n’est pas seulement l’actrice qui ne donne pas envie, c’est tout le projet, malgré une Tilda Swinton qui s’est embarquée je ne sais pas trop pourquoi ni comment dans cette galère…
Jean Avenel
Invité
Jean Avenel
Chloë Grace Moretz , pour moi c’est La Cinquième Vague, Equalizer, Hugo Cabret, Dark Shadows, Laissez-moi entrer, Amityville (2005) des bons films.
Kick-Ass, je n’aimes pas du tout.

Ce qui craint le plus dans ce film, c’est le choix du réalisateur, il peut avoir des spectateurs, mais cela n’est pas synonyme d’un bon film.