Capture d’écran 2015-11-20 à 17.31.00

Les pieds dans le PIFFF | Jour 4

La cinquième édition du Paris International Fantastic Film Festival, autrement dit le PIFFF, se déroule jusqu’à dimanche au Grand Rex à Paris. Tous les jours, vous pourrez retrouver les critiques des longs métrages en compétition, ainsi qu’un journal de bord. Voici le quatrième chapitre… 

Les intrus dans la maison.

Jeudi soir, Evolution, de Lucile Hadzihalilovic a fait forte impression. Les deux films en compétition présentés ce vendredi continuent sur cette enthousiasmante lancée. A commencer par Der Nachtmahr, film allemand en forme de virée cauchemardesque dans le quotidien d’une ado raveuse qui se retrouve brutalement physiquement liée à une étrange créature. Ce premier long est signé par un artiste teuton, Akiz, qui s’est inspiré de l’une de ses oeuvres pour échafauder un scénario complexe, parfois un peu brouillon et inutilement abscons. Der Nachtmahr manie assez bien l’inquiétante étrangeté mais convainc surtout sur le plan émotionnel, nous rendant sympathique la relation entre la jeune fille et le petit monstre au gros bidon.  

>> Lire la « fiche de visionnage » de Der Nachtmahr


Moins stupéfiant, mais plutôt recommandable, The Survivalist est le film post-apocalyptique de la compétition. Un homme qui vit en autarcie dans la forêt voit son quotidien perturbé par l’arrivée de deux femmes en quête de nourriture (photo)… Fausto Fasulo, directeur artistique du festival (et rédacteur en chef de Mad Movies), n’a pas manqué de rappeler que l’on était loin de Mad Max : Fury Road, mais ce film dont le réalisateur revendique l’identité nord-irlandaise, réserve de petits moments de tension. Mention spéciale à son trio d’acteurs principaux dont la tâche était d’autant plus ardue que l’ensemble des répliques ne doit pas dépasser les trente lignes. 

>> Lire la « fiche de visionnage » de The Survivalist

<<< Les pieds dans le PIFFF, jour 3

Les pieds dans le PIFFF, jour 5 >>>




Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de