featured_gardiens-galaxie-vol-2

LES GARDIENS DE LA GALAXIE VOL.2

L’Empire Con t’attaque

Suite directe du 1er opus, ce Gardiens de la Galaxie 2 jaillit du même moule que son aîné. Étant donné qu’on ne change pas une « formule qui gagne » (entendre « recette qui remplit les caisses »), surtout chez Marvel, James Gunn remet ça en respectant les ingrédients à la lettre. On prend les mêmes et on recommence, tout en y rajoutant une généreuse dose additionnelle de LOL et de fluos. Ces deux éléments combinés, qui ont l’air de rien dit comme ça, transforment un film à l’origine “fun et sympathique” (qualificatifs qui pouvaient être accolés au premier chapitre) en produit foutraque, visuellement hideux, ne semble légitimer son existence que pour doper les ventes de Paracetamol tant celui-ci file la migraine.

Pour ne rien arranger, cette recherche forcenée de la vanne gangrène un récit déjà extrêmement statique que la mise en scène survitaminée tente vainement de dynamiser. Personne n’est dupe : ce n’est pas parce que Star Lord et Rocket Racoon s’envoient des taquets toutes les deux phrases, sur fond de musique vintage « trop cool parce que t’as vu, ça date des années 80 et les années 80 c’était cool »; que l’injonction à trouver l’entreprise divertissante fonctionne de facto. Certains spectateurs pourraient même être en droit de trouver ces clins d’œil nostalgiques, symptomatiques du fléau actuel (coucou Stranger Things), assez insupportables de paresse et de cynisme, Marvel ne faisant que suivre le mouvement à la mode, sans y apporter la moindre idée nouvelle.

Dérision en plastique

La subversion dont pouvait faire preuve James Gunn par le passé, à travers ses scripts pour la Troma, puis Horribilis et le réjouissant Super, apparaît ici vide de sens. Comme dans Deadpool, on a affaire à une sorte de dérision en plastique, taillée pour plaire aux masses et qui n’a de cesse d’expliquer ses propres blagues – soit l’annihilation même de toute forme d’humour.

Le fond sauve-t-il la mise ? Absolument pas et c’est aussi le problème. Les gardiens de la Galaxie 2 ne raconte strictement rien. Ah si, on apprend que le père de Chris Pratt est une planète méchante interprétée par Kurt Russell (cette idée étant en soi plus drôle que tout le film) et que baby Groot est vraiment « tromeeuuugnon ». Presque rien que l’on ne pouvait déjà anticiper à travers sa promotion.

Une fois ces éléments assimilés, le visionnage du film devient une épreuve, attendant que celle-ci prenne fin sans pouvoir profiter de la séance pour s’offrir une sieste réparatrice tant cette caméra, qui bouge en permanence, et ces couleurs criardes arrachent les yeux. Car, bien sûr, on en prend pour 136 minutes. 136 minutes durant lesquelles le spectateur fait office de boule dans un flipper fluo et assourdissant. Vous ne pourrez pas dire que vous n’étiez pas prévenus.

 




Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre