featured_Le-fils-de-Saul

LE FILS DE SAUL

7
Glaçant

Octobre 1944, Auschwitz-Birkenau. Saul Ausländer est membre du Sonderkommando, ce groupe de prisonniers juifs isolé du reste du camp et forcé d’assister les nazis dans leur plan d’extermination. Il travaille dans l’un des crématoriums quand il découvre le cadavre d’un garçon dans les traits duquel il reconnaît son fils. Alors que le Sonderkommando prépare une révolte, il décide d’accomplir l’impossible : sauver le corps de l’enfant des flammes et lui offrir une véritable sépulture.

Suffocante spirale.

Difficile de trouver les mots après le visionnage de ce premier long-métrage impressionnant de maîtrise auquel il serait facile d’accoler une ribambelle de superlatifs forcés. Dès son ouverture – tétanisante, l’un des plans-séquences les plus éprouvants de ces dernières années -, László Nemes accompagne son protagoniste principal, un prisonnier juif, membre du Sonderkommando, contraint d’assister les nazis dans leur entreprise d’extermination, à travers les couloirs de l’horreur.

Vissée à son personnage, la caméra ne dévie jamais, préférant esquisser et suggérer l’innommable par le prisme d’un jeu visuel alternant flou et hors-champ. Dans le tumulte et l’agitation, alors que seuls les images et les sons captés par Saul parviennent au spectateur, le jeune cinéaste hongrois réalise un tour de force, éloigné de toute complaisance, en poussant le curseur de l’immersion sensorielle à son maximum (la glaçante séquence des fosses). Une révélation.

La fiche

thb_Fils-de-Saul

LE FILS DE SAUL
Réalisé par László Nemes
Avec Géza Röhrig, Molnar Levente, Urs Rechn…
Hongrie – Drame
Sortie en salle : Novembre 2015
Durée : 107 min

Article publié initialement le 16 Mai




Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de