featured_L-economie-du-couple

L’ÉCONOMIE DU COUPLE

8
Percutant

Après 15 ans de vie commune, Marie et Boris se séparent. Or, c’est elle qui a acheté la maison dans laquelle ils vivent avec leurs deux enfants, mais c’est lui qui l’a entièrement rénovée. A présent, ils sont obligés d’y cohabiter, Boris n’ayant pas les moyens de se reloger. A l’heure des comptes, aucun des deux ne veut lâcher sur ce qu’il juge avoir apporté. 

Histoire d’A.

Du « A » d’amour, symbole de la grande et évidente histoire qu’ils viennent de vivre, à celui, plus redouté, d’argent, il n’y a désormais qu’un seul pas pour les protagonistes de L’Économie du couple. Séparés mais financièrement contraints à poursuivre leur cohabitation, Marie et Boris doivent ramasser les restes d’une relation désarticulée en comptant les points allant d’Affection à Adieu. De retour à son meilleur, Joachim Lafosse a très bien saisi l’ampleur de cet indubitable parcours et s’emploie à retracer l’infranchissable fossé d’une rupture douloureuse dans un film construit au scalpel.

Les pièges tendus sur le chemin sinueux emprunté par le réalisateur étaient, pourtant, si nombreux que l’on craignait (logiquement) une embarrassante sortie de route. Mais, loin du mélodrame hystérique et du chantage émotionnel, L’Économie du couple s’impose, a contrario, comme une éblouissante réussite, le plus beau film de son auteur à ce jour. Revenant vers les drames intimistes de ses débuts, Joachim Lafosse y livre un véritable numéro d’équilibriste en faisant preuve d’une acuité rare dans l’esquisse parfaite d’un couple déjà brisé où les silences et les reproches défient partiellement les sursauts nostalgiques.

Emmené par les prestations remarquables de ses deux acteurs principaux (Bérénice Béjo, rigide et sensible ; Cédric Kahn, à la fois entêté et émouvant), son septième long-métrage fait, dès lors, la part belle à une mise en scène précise en plans serrés, suggérant brillamment le climat anxiogène d’une vie commune à présent subie. Chaque regard, chaque soupir trahissant la rancœur, l’agacement ou l’animosité est ainsi scruté à la loupe, dans une volonté de comprendre au mieux une mécanique du désamour devenue bien trop banale.

Avec une infinie délicatesse, le réalisateur belge ne prend jamais parti pour l’un ou l’autre de ses personnages en les laissant, tour à tour, libres d’exprimer leurs griefs intimes. Il filme Marie et Boris tels deux combattants, deux alter egos heurtés par la violence d’une situation éprouvante où chacun semble s’accrocher à cet appartement comme à l’unique vestige de leur relation. En trouvant miraculeusement l’espace nécessaire pour sonder le besoin naturel de tourner une page mais également la souffrance d’abandonner son passé, il établit surtout la radiographie d’un amour perdu qui frappe aussi fort que juste.

La fiche

thb_L-economie-du-couple

L’ÉCONOMIE DU COUPLE
Réalisé par Joachim Lafosse
Avec Bérénice Bejo, Cédric Kahn, Marthe Keller…
France, Belgique – Drame
Sortie : 10 Août 2016
Durée : 100 min




1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Mr Vladdy Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Mr Vladdy
Invité
Il y a de fortes chances pour que je le découvre à la télévision mais il me tente bien ce film. Je suis assez faible fasse à Béjo mais je dois dire que la bande annonce m’a intrigué et que je suis curieux de voir comment le sujet a été traité.