featured_Jupiter-Ascending

JUPITER ASCENDING

2
Désastre intergalactique

Née sous un ciel étoilé, Jupiter Jones est promise à un destin hors du commun. Devenue adulte, elle a la tête dans les étoiles, mais enchaîne les coups durs et n’a d’autre perspective que de gagner sa vie en nettoyant des toilettes. Ce n’est que lorsque Caine, ancien chasseur militaire génétiquement modifié, débarque sur Terre pour retrouver sa trace que Jupiter commence à entrevoir le destin qui l’attend depuis toujours : grâce à son empreinte génétique, elle doit bénéficier d’un héritage extraordinaire qui pourrait bien bouleverser l’équilibre du cosmos…

Du gêne, pas de plaisir.

Repoussé de plusieurs mois, Jupiter Ascending avait de quoi susciter autant d’attentes que d’inquiétudes. La fébrilité du distributeur à le montrer et la mise en place d’un embargo n’avaient rien de rassurant. Malheureusement, il ne faut pas longtemps pour comprendre les réticences de la Warner envers le dernier né des Wachowski, si timidement markété. Car si l’on excepte les premières pirouettes aériennes du loup Tatum, il sera difficile de frémir de plaisir au visionnage de ce Jupiter.

Si l’on sent bien vite arriver la catastrophe, il faudra attendre près d’une heure et quart pour voir poser les véritables « enjeux » de ce space-opéra bordélique qui navigue bien trop longtemps à l’aveugle. Avec son intrigue en toc recyclée du côté de chez Lucas, ses créatures hideuses dignes du Cinquième élément, ses décors dorés particulièrement tape-à-l’oeil, ses maquillages et costumes risibles et son casting cabotin, Jupiter Ascending ne parvient jamais à convaincre. Concédons leur que la mise en scène est, certes, au service de la 3D (réussie) et n’a pour unique objectif que celui de nous servir un grand spectacle d’attraction spatiale. On ne crachera donc pas sur la course-poursuite de haut vol que nous offre le tandem Wach mais ce sera bien la seule chose probante à se mettre sous la dent. Plutôt maigre.

Puisqu’il est question de maigreur, évoquons ce récit si faiblard et ces personnages si pauvrement caractérisés qu’ils rendent le visionnage de Jupiter Ascending particulièrement pénible et l’affirment séquence après séquence comme une odyssée du mauvais goût : grand méchant filmé de dos pour le rendre plus menaçant, love-story à deux balles que même les adorateurs de Twilight pourraient avoir du mal à cautionner, seconds rôles transparents récitant leurs lignes comme s’ils se trouvaient sur le plateau de Plus belle la vie… Autre grande artisane de ce désastre intergalactique, Mila Kunis confirme à chaque scène qu’elle n’est pas devenue actrice pour ses talents de comédienne. Si elle ne fait plus grand doute, son incompétence saute encore plus aux yeux lorsqu’elle doit déambuler devant moult fonds verts pour débiter ses répliques avec la conviction d’une figurante de scripted-reality cherchant à simuler l’effroi ou la révolte. Face à elle, Channing Tatum traîne sa lourde carcasse avec son habituel charisme d’huitre. Du côté des bad-guys, Redmayne réussit l’exploit de détruire le peu d’estime qu’il avait su gagner via sa bluffante prestation dans le biopic sur Hawking, tandis que Douglas Booth paraît plus insipide que jamais. 

Si l’on n’a pas de mal à percevoir leur ambition et leur volonté d’en mettre plein les mirettes, on ne peut que constater que les frères Wachowski se sont une nouvelle fois pris les pieds dans le tapis avec ce long-métrage indigeste et mal ficelé. Après le très niaiseux Cloud Atlas, les auteurs de Matrix semblent envoyer un triste signal : ne seraient-ils pas devenus des faiseurs has-been ? Alors que l’on entend déjà leurs adorateurs crier au génie, arguant que les Wacho restent des précurseurs incompris, il convient de leur attribuer la réalisation d’un des plus gros navets de l’année. Un espèce d’objet spatial aussi ringard que boursouflé. 

La fiche

thb_Jupiter-Ascending

JUPITER ASCENDING : LE DESTIN DE L’UNIVERS.
Réalisé par Lana & Andy Wachowski
Avec Mila Kunis, Channing Tatum, Eddie Redmayne, Sean Bean…
Etats-Unis – Science-fiction, Action
Sortie en salle : 4 Février 2015
Durée : 102 min




4
Poster un Commentaire

avatar
3 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
4 Auteurs du commentaire
Anthonytinalakillerтном ряиFlorian Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Florian
Invité
Comme tu devais t’y attendre, je ne suis pas d’accord avec ton avis. Mais j’admets des défauts narratifs assez criants. Comme je te le disais, je vais le défendre ce film ! http://neocritics.fr/jupiter-ascending-de-lana-andy-wachowski/
tinalakiller
Invité
Quelle horreur ce machin. Je me suis fait chier comme c’est pas possible. L’histoire est naze , l’héroïne n’en fout pas une, les méchants caricaturaux, c’est mal joué (la palme revient à Eddie Redmayne), l’action est illisible, l’univers est surchargé (tu ressors de là avec un mal de crâne de fou).
Anthony
Invité
Anthony
Hey, les « frères » sont maintenant « frère et soeur » hein 😉