featured_Jeremie-Elkaim

JÉRÉMIE ELKAÏM | QDPC

Pour le plaisir de parler Septième Art, nous soumettons désormais notre Questionnaire de Proust Cinématographique à nos invités cinéma… L’acteur Jérémie Elkaïm s’est prêté au jeu, en marge du Champs Elysées Film Festival qui avait lieu le mois dernier.

Entrée en cinéphilie :  Probablement Les aventures de Pinocchio de Luigi Comencini, ou peut-être Le plus grand chapiteau du monde par Cecil B. DeMille, une sacrée tarte à la crème.

Adoré à l’adolescence et abandonné depuis : J’adorais Mauvais sang de Carax. Je ne l’ai pas vraiment délaissé ceci dit. Il y a aussi Cocktail mais les raisons pour lesquels je l’aimais sont toujours valables. 

Le plaisir inavouable : J’aime beaucoup les comédies régressives. J’aime les films d’Eddie Murphy, doublé en français. Je les fais découvrir à mes enfants.

Le chef d’oeuvre méconnu : Point limite zéro. J’étais étonné qu’il ne soit pas connu. Un mec qui prend des amphétamines pour convoyer une voiture et devient un symbole de la rébellion. Assez dingue. 

Ce qui vous agace au cinéma : L’ironie permanente. J’aime le premier degré. 

Pleurer à chaque fois : Les parapluies de Cherbourg de Jacques Demy.

Mourir de rire à chaque fois : Bowfinger, roi d’Hollywood de Frank Oz.

> > > À lire aussi : notre entretien avec le comédien au moment de la sortie de Dans La forêt

separateur




Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des