featured_jackie-natalie-portman

JACKIE

Bancal

22 Novembre 1963 : John F. Kennedy, 35ème président des États-Unis, vient d’être assassiné à Dallas. Confrontée à la violence de son deuil, sa veuve, Jacqueline Bouvier Kennedy, First Lady admirée pour son élégance et sa culture, tente d’en surmonter le traumatisme, décidée à mettre en lumière l’héritage politique du président et à célébrer l’homme qu’il fut.

Le(s) jour(s) d’après.

« Derrière chaque grand homme se cache une femme ». La citation de Legouvé a certainement donné des idées à Pablo Larrain qui s’est lancé dans un faux biopic se focalisant sur les trois jours ayant suivi le violent assassinat du Président Kennedy. Adoptant le point de vue subjectif de la (future ex-) Première Dame, le réalisateur chilien tente de percer le mystère de la très glamour Jackie Kennedy, devenue bien malgré elle une icône de mode. 

Alors que les funérailles se préparent, la jeune veuve s’accroche à un désir : qu’entreprendre pour cimenter définitivement le mandat de son mari dans l’Histoire des Etats-Unis ? La patrie a perdu son leader, elle a perdu son époux et son statut. Comment perpétuer l’héritage de son défunt mari ? Voilà le coeur de Jackie.

Si l’approche de Larrain ne manque pas d’intérêt, avec un recul supplémentaire lié à son regard non-américain, sa reconstitution des jours ayant suivi le tragique décès du président résonne trop artificiellement pour fonctionner pleinement. De plus, si Natalie Portman s’est efforcée de coller au mieux à l’image de l’ancienne Première Dame (sa démarche, sa stature, sa diction), son jeu demeure trop maniéré (et typique des performances à Oscar) pour apporter toute l’incarnation nécessaire. Enfin, si le long-métrage lève partiellement le voile de l’icône, le trop grand respect de Larrain pour son personnage l’empêche de lui donner vie complètement, se contentant de quelques scènes fortes ou de « moments punch-line » destinés à induire que Madame ne manquait pas de cran. L’enveloppe est confondante, mais l’essence n’y est pas. 

Jackie essaie de raconter le pouvoir, celui de l’image et des mots, celui de la mémoire. Il scrute les coulisses de ce qui sera un spectacle suivi à travers le globe. Derrière les louables et potentiellement passionnantes intentions du cinéaste reste un film malade de ses partis-pris, de ses artifices et de ses embardées sensationnalistes. Si l’idée était de gratter le vernis de la figure publique, la couche devait être trop épaisse pour le metteur en scène chilien. Et devant la beauté et la justesse du dernier quart d’heure, les regrets sont permis. 

La fiche

thb_jackie-affiche

JACKIE
Réalisé par Pablo Larrain
Avec Natalie Portman, Peter Sarsgaard, Greta Gerwig, John Hurt… 
Etats-Unis – Drame, Historique, Biopic

Sortie en salle : 1er février 2017
Durée : 100 min

 




Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de