featured_the-innocents-film

THE INNOCENTS

Dans la quiétude d’une banlieue assoupie par l’été nordique, quatre enfants se découvrent d’étonnants pouvoirs qu’ils convoquent innocemment dans leurs jeux, loin du regard des adultes. Alors qu’ils explorent leurs nouvelles aptitudes dans la forêt et le parc environnants, leurs distractions prennent peu à peu une tournure inquiétante. »

Critique du film

Fidèle collaborateur de Joachim Trier, pour qui il a co-écrit les scénarios de ses cinq longs métrages – et dont le dernier en date, Julie (en 12 chapitres) était présenté juste avant lui en sélection à Cannes et qui mériterait d’être honoré comme il se doit – Eskil Vogt présentait dans la section Un Certain Regard sa seconde réalisation, The innocents.

Entretenant une sorte de filiation avec Thelma, qu’il a également co-écrit, et avec un soupçon de Sense 8 qui n’est pas pour déplaire, The innocents est tout simplement l’un des chocs de ce début de festival. Dans une cité HLM norvégienne, quatre enfants tissent des liens d’amitié au coeur d’un été où la majorité des habitants a déserté les lieux. À mesure que leur complicité se renforce, ceux-ci développent progressivement de troublants pouvoirs surnaturels, tels que la télépathie et la télékinésie. La véritable réussite de Vogt est de parvenir à mêler les genres avec brio, entre le film d’horreur glaçant et le récit super-héroïque à la Chronicle. Mais celui-ci bénéficie du surplus l’ambiguïté (et de subtilité) que ne comportait pas son prédécesseur, avec cette touche de cinéma nordique qui aime sonder l’âme de ses protagonistes pour en extraire le bon comme le meilleur. Nous interrogeant sur la nature humaine, le récit ambigu instaure savamment le malaise pour jouer avec notre empathie et notre instinct de protection des plus fragiles.

The innocents film

Avec un certain minimalisme, très séduisant, The innocents développe sans y paraitre un microcosme riche, presque hypnotisant. La caméra suit ces quatre enfants, de la forêt à leur domicile, offrant un aperçu sur la société norvégienne en scindant plus aisés et plus démunis. Cette troupe d’enfants, très inclusive – et ce n’est pas non plus pour nous déplaire – existe autant en tant qu’ensemble qu’individuellement. Saluons ainsi l’écriture de ces personnages à l’aube de l’adolescence, bonifiée par l’extraordinaire justesse des jeunes comédiens, bluffants, et sublimée par la somptueuse photographie de Sturla Brandth Grøvlen, jouant avec la lumière et les ombres pour accentuer l’atmosphère inquiétante de ce thriller exerçant une sorte de fascination autour de protagonistes imprévisibles.

La mise en scène, très soignée et au service de l’ambiance comme du récit, vient parachever cette réussite probante qui fait de The innocents l’un des films majeurs présentés cette année à Un Certain Regard, et assurément un choc et une révélation comme le fut en son temps Morse de Tomas Alfredson.



Cannes 2021 – Un Certain Regard