featured_my_favorite_war

MY FAVORITE WAR

Voici l’histoire personnelle de la réalisatrice, Ilze, qui a grandi en Lettonie (URSS) au cours de la Guerre froide. Elle retrace le passage à l’âge adulte d’un individu qui décide d’échapper au conditionnement exercé par un régime autoritaire et puissant. Le film, pacifiste, souligne à quel point il est important que la liberté individuelle soit considérée comme un droit fondamental dans une société démocratique.

Critique du film

Dans My Favorite War, la réalisatrice lettonne Ilze Burkovska Jacobsen rejoue son enfance en URSS, et met en image les rêves et désillusions de son passé. De ses premières années lumineuses, où la guerre n’est qu’un jeu, à la morosité de son adolescence, le film raconte autant le vécu intime que l’évolution d’un pays tout entier. 

Si la simplicité de l’animation, trop mécanique pour être expressive, contribue à alourdir le long-métrage, il n’en demeure pas moins le récit touchant d’une réalité assez méconnue, à laquelle viennent s’ajouter de véritables images d’archives. Ilze Burkovska Jacobsen pose des yeux d’enfants sur son passé, regardant l’Histoire avec un certain amusement et incompréhension. Mais à mesure que le film avance, il en devient plus mature et plus sombre. Sa première rencontre avec la mort dans un bac à sable, son incompréhension face à la propagande et la pauvreté alarmante dans lequel elle vit ; la jeune Ilze prend conscience de la réalité qui l’entoure à mesure qu’elle grandit. 

My Favorite War fait état d’une double guerre. D’abord, celle personnelle d’Ilze devenue jeune adulte, affirmée et sûre d’elle. Et de l’autre, celle politique contre un État autoritaire. Rêvant de devenir journaliste, Ilze lutte à travers les mots et la vérité; le film résonne d’une portée universelle, rappelant que le combat pour la liberté n’est jamais terminé.


Présenté en Compétition Contrechamp au Festival international du film d’animation d’Annecy