stills_littlemisssunshine

LITTLE MISS SUNSHINE

4
Très moyen

Les Hoover ont beau ne pas incarner un modèle de famille équilibrée, quand Olive décroche par chance une invitation à concourir pour le titre très sélectif de Little Miss Sunshine en Californie, toute la famille fait cependant corps derrière elle. Les voilà donc entassés dans leur break Volkswagen rouillé : ils mettent le cap vers l’Ouest et entament un voyage tragi-comique de trois jours qui les mettra aux prises avec des événements inattendus, tandis que les débuts d’Olive vont bouleverser cette famille farfelue à un point que personne ne peut soupçonner…

Un film assez particulier, succès surprise au box-office, que certains trouveront frais et divertissant. Pourtant, ce n’est pas gagné d’avance. Stéréotypé, grossièrement mis en scène, en se cantonnant à l’humour gag ou noir (pas très fin, voire même de très mauvais goût), les réalisateurs semblent délibérément oublier une prise de position pour rester dans le trivial. On oublie la psychologie des personnages – pourtant il y aurait eu de quoi – pour laisser s’enchaîner les péripéties que va traverser cette famille assez atypique. De l’oncle homo suicidaire au grand-père obsédé, en passant par le père « écrivain » en quête de win et le fils muet et aigri, on suit ces protagonistes dans unroad-trip malheureusement trop rarement tripant. En effet, c’est parfois drôle, mais on ne pourra que déplorer des personnages trop caricaturaux et des dialogues un peu trop souvent dignes d’un teen-movie.

    Heureusement, dans tout ça, Steve Carell relève un peu le niveau et rend son personnage drôle, touchant et pertinent. La jeune Abigail Breslin également est un petit bonheur à elle toute seule, rien que pour son sourire et ses yeux embués de larmes lorsqu’à la veille du concours, elle est morte de trac et réconfortée par son grand-père. Enfin, Toni Collette livre une prestation très convaincante dans ce rôle de mère un peu dépassée.

    Enfin, on retiendra quelques plans – quoique pas forcément bien originaux – ainsi qu’une discussion sur le ponton, devant la mer, entre l’oncle et le fils, qui reste en fait la seule véritable scène intéressante de ce film qui manque atrocement de profondeur.

    A voir donc? Pourquoi pas. En prenant le film au troisième degré, on peut se contenter de rire de ces personnages un peu déjantés et des malheurs qui leur tombent dessus, tout en faisant abstraction de cette famille qui se décompose sous les engueulades et se réconcilie sur un podium. 

J. DAYTON, V. FARRIS | USA | 2006 | GREG KINNEAR, TONI COLETTE, STEVE CARELL



14
Poster un Commentaire

avatar
11 Fils de commentaires
3 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
8 Auteurs du commentaire
#DEAUVILLE2014 : 1er jour du Festival du Cinéma Américain | LE BLEU DU MIROIR | DE FILMS EN AIGUILLES : CRITIQUES CINEMAHAUNTER | LE BLEU DU MIROIR | DE FILMS EN AIGUILLES : CRITIQUES CINEMA[critique] ELLE S’APPELLE RUBY ** « LE BLEU DU MIROIR | DE FILMS EN AIGUILLES : CRITIQUES CINEMANeilAdr Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
selenie
Invité
Tu es plus déçu que moi mais ça va encore, on ne peut pas dire que tu descend le film… Par contre je ne trouve pas que les personnages soient trop caricaturaux, au contraire le film reste assez réaliste jusqu’à ce final aussi déluré qu’hilarant.
Lydia
Invité
Il faut absolument que j’aille voir ce film. On m’en a beaucoup parlé…

En tout cas, merci pour cette critique!

POSTÉ PAR LYDIA, 21 OCTOBRE 2006 À 11:52

Moon
Invité
DIS DONC,
t’es sévère dans tes critiques !
Mais elles sont poussées et c’est agréable.

Moi j’ai adoré ce film.

POSTÉ PAR MOON, 26 OCTOBRE 2006 À 17:19

Débrouillarde
Invité
GÉNIAL
Un film que j’ai beacoup aimé en Vo bien sur (pour moi voir un film autrement qu’en version original est un sacrilège), une histoire bien ficelée, un scénario poignant, un dénouement qui mérite d’en être un..

Je posterais bientôt quelques articles sur mon blog, car j’adore aussi le cinéma, hier c’était  » the queen  » et j’ai beacoup aimé

Debrouillarde

POSTÉ PAR DÉBROUILLARDE, 16 NOVEMBRE 2006 À 07:04

Cyanea
Invité
‘ai vu ce film avant hier en vo aussi
Et j’ai vraiment bien accroché, l’histoire est assez basique mais les perso sont attachants et on ne peut que fondre devant la petite Olive. L’oncle homo est particulièrement interessant, la relation qu’il développe avec son neveu est belle à voir.
C’est simple mais c’est beau, frais et ça me va parfaitement ! Un très bon film pour ma part !

PS : The Queen était excellent « débrouillarde » et la prestation d’Helen Mirren sera surement récompensée

POSTÉ PAR CARO, 28 DÉCEMBRE 2006 À 19:56

Adr
Invité
Adr

Ah, malheureusement (ou heureusement) on a pas le même point de vue sur ce film. Je dirais que c’est incontestablement le meilleur film de l’année pour ma part. Que ce soit la simplicité ou l’esthétique de la mise en scène, ou alors la bande son d’une beautée inégalée (il y a tout de même Steven Sufjans)… Je sais pas, personnellement, j’ai pleuré, rie, tout çà en une heure et demi et en partant avec une grosse appréhension alors je ne peux qu’appuyer ce voyage initiatique où une famille se retrouve et, partage un bout de chemin de vie… Un franche… Lire la suite »

Neil
Invité
oi j’avais trouvée cette galerie de personnages hors-norme vraiment enthousiasmante. Steve Carrel est comme tu le dis excellent et j’avais trouvé ça assez drôle.

POSTÉ PAR NEIL, 30 JUIN 2007 À 17:26

Lydia
Invité
J’ai enfin vu le film, et je trouve ta critique assez sévère. Je pense qu’entre psychologie et comédie il fallait choisir et le choix fut le bon.

Plus psycho. au début, plus drôle à la fin =)

D’ailleurs la fin m’a vraiment fait rigoler, j’adore la danse de la gamine!

POSTÉ PAR LYDIA, 12 OCTOBRE 2008 À 14:42

adr
Invité
adr
Ah dommage, justement moi j’aime quand les films sont un peu maladroit, pas parfait, c’est ce qu’il leur donne leur charme.

Il suffit de prendre pour exemple Garden State, qui possède une réalisation parfois surfaite, et une Natalie Portman pas tout le temps crédible, mais c’est justement ce côté humain qui rend ce film un de mes tout préférés. J’oublierais presque de dire que Zach Braff y est pour énormement mais bon, c’est mon héro !

POSTÉ PAR ADR-, 17 FÉVRIER 2007 À 01:19

trackback
[…] le très surestimé et faussement rafraîchissant Little Miss Sunshine, les deux réalisateurs Jonathan Dayton et Valérie Faris signent leur second film Elle […]
trackback
[…] italien a confié à Abigail Breslin, que beaucoup ont découvert dans le très surestimé Little Miss Sunshine ou l’irrésistible Zombieland aux côtés d’Emma Stone et Jesse Eisenberg, le rôle […]
trackback
[…] avérées être des films marquants l’année de leur sortie. Certains citerons Collision ou Little Miss Sunshine, nous penserons plutôt à évoquer les coups de coeur que furent The Visitor, The Dead Girl, Take […]