still_CNCT

CHEZ NOUS C’EST TROIS

2
Soporifique

JEANNE MILLET EST UNE RÉALISATRICE EN DIFFICULTÉ. ELLE S’ÉCHAPPE À LA CAMPAGNE À LA RENCONTRE DE NOUVELLES EXPÉRIENCES ET D’UNE SOURCE D’INSPIRATION.

Tectonique des bises

Jeanne, modeste réalisatrice récemment plaquée par son compagnon et peinant à trouver fonds et inspiration pour son prochain long-métrage, accepte une tournée en campagne normande pour la projection en contrées rurales de son précédent film, le salué Baisers Fanés. Celle-ci sera l’occasion de revenir sur ses terres d’origine et de retrouver un homme qu’elle aima jadis, avant de quitter la Normandie pour Paris. 

Si le charme rupestre d’un tel film peut au départ se justifier (certains préfèrent bien partir à la campagne qu’à la mer pendant l’été…), l’intérêt en revanche est totalement moindre. Réalisé avec le dynamisme et la modernité d’une production France Télévisions, Chez nous c’est trois ressemble presque à un documentaire avec ce réalisme bien français qui te rappelle le séjour que tu as passé au Village Vacances à Brassac-sur-Agout quand tu avais 15 ans. Sa narration est d’une lenteur à faire baver de jalousie les producteurs de Derrick, son histoire est d’une simplicité presque affligeante, Noémie Lvovsky a une diction d’empotée plutôt exaspérante tandis que les autres interprètes semblent tous droits sortis d’un épisode de Sous le soleil. Comment expliquer la sortie d’un tel film sur les écrans en plein été plutôt qu’une diffusion sur NT1 ? Le public ne répond déjà pas présent (la salle était presque vide) et on peut malheureusement le comprendre. Doit-on pour autant le condamner et privilégier un blockbuster ? Je n’irai pas jusque là. Force est de constater cependant que ce feel-good movie campagnard n’est au final qu’un feel-bored movie. Il s’avère en revanche être un remède efficace et naturel pour combattre l’insomnie en récupérant quelques minutes précieuses dans une salle calme, fraîche et climatisée. 


thb_Chez_nous_c_est_trois

CHEZ NOUS C’EST TROIS

RÉALISÉ PAR CLAUDE DUTY

FRANCE – 88 MIN – COMÉDIE CHAMPÊTRE

AVEC NOÉMIE LVOVSKY, STÉPHANE DE GROODT

17 JUILLET 2013




3
Poster un Commentaire

avatar
3 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
JE FAIS LE MORT | LE BLEU DU MIROIR | DE FILMS EN AIGUILLES : CRITIQUES CINEMALE GRAND MÉCHANT LOUP | LE BLEU DU MIROIR | DE FILMS EN AIGUILLES : CRITIQUES CINEMAffred Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
ffred
Invité
Moi je ne me suis pas endormi ! Heureusement que tu n’as pas ronflé 😉
trackback
[…] croûtes navrantes ou transparentes bien de chez nous (La stratégie de la poussette, Les gamins, Chez nous c’est trois…). Il faut dire que même le tandem JaBa a déçu avec un Au bout du conte fadasse et mou du […]
trackback
[…] l’image du très mollasson et complètement anodin Chez nous c’est trois, Je fais le mort se déroule dans notre bon vieil arrière-pays et s’amuse de certaines […]