featured_Anais-Demoustier

ANAIS DEMOUSTIER | QDPC

Pour le plaisir de parler Septième Art, nous soumettons désormais notre Questionnaire de Proust Cinématographique à nos invités cinéma… À l’affiche de Jalouse et, bientôt, de La villa de Robert Guédiguan, l’actrice Anaïs Demoustier s’est prêtée au jeu.


Votre premier souvenir de cinéma : L’effrontée de Claude Miller. 

Le pêché mignon : Les bronzés. Je le regarde très souvent.

Le film que vous adoriez adolescente : Comme beaucoup d’adolescentes, j’adorais Titanic. Mais cela fait longtemps que je ne l’ai pas revu… J’aimerais beaucoup le retrouver. 

Le grand classique ennuyeux : Un film où on se sent nul(le) de ne pas aimer ce que les autres considèrent comme un grand film ? Pour l’instant, ça ne m’est pas arrivé. 

Le petit chef d’oeuvre méconnu : Un couple parfait de Suwa, avec Valéria Bruni… C’est un film franco-japonais formidable. Mais j’en ai un autre ! Il s’appelle Mon trésor de Keren Yedaya. C’est magnifique. 

Pleurer à chaque fois : L’aurore de Murnau.

Rire à chaque fois : Le dîner de cons de Francis Veber.

La Sainte Trinité des cinéastes : Alfred Hitchcock, Maurice Pialat et Pascale Ferrand.

> > À lire aussi : notre entretien avec l’actrice lors de la sortie de La jeune fille sans mains.




Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre